• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Épidémie

Variole du singe : les cas recensés pourraient n'être que «le sommet de l'iceberg», d’après l'OMS

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les 219 cas de variole du singe enregistrés ces dernières semaines dans les pays où le virus ne circule pas habituellement ne sont peut-être que "le sommet de l’iceberg".

Variole du singe : les cas recensés pourraient n'être que \ Udomkarn Chitkul/istock


  • Publié le 28.05.2022 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La durée d’incubation de la variole du singe est généralement comprise entre six et seize jours.
  • Plusieurs études ont montré que la vaccination préalable contre la variole était efficace à environ 85 %.

"Nous ne savons pas si nous ne voyons que le sommet de l’iceberg". Ces propos ont été tenus le vendredi 27 mai par Sylvie Briand, la directrice du département de préparation mondiale aux risques infectieux de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), lors de l’Assemblée mondiale de la santé. 

Une propagation inhabituelle pour un virus habituellement présent en Afrique

Lors de cette réunion, les États membres de l’OMS ont fait le point sur la situation épidémique concernant la variole du singe. Actuellement, 219 cas ont été recensés dans des pays où le virus ne circule habituellement pas. Ils ont ainsi jugé la propagation du virus et la situation "inhabituelle"

"Nous avons une fenêtre de tir pour arrêter la transmission maintenant. Si nous mettons en place les mesures adéquates maintenant, nous pourrons probablement contenir cela rapidement", a indiqué Sylvie Briand. Habituellement, la variole du singe est plus courante en Afrique de l'Ouest et Centrale mais, actuellement, elle est présente dans plusieurs pays européens mais aussi aux États-Unis et au Canada. 

L’orthopoxvirose simienne ou "monkeypox", à savoir les autres noms donnés à la variole du singe, est un virus qui se transmet à l’Homme à partir d’animaux sauvages, de rongeurs, de primates ou encore d’autres humains. "Nous en sommes pour l’instant au tout, tout début de cet événement. Nous savons que nous aurons plus de cas dans les jours à venir", a développé Sylvie Briand. "Ce n’est pas une maladie dont le grand public devrait s’inquiéter. Ce n’est pas la Covid-19 ou d’autres maladies qui se répandent rapidement", a-t-elle poursuivi.

La vaccination des cas contacts 

En Europe, les premiers cas ont été détectés, au début du mois de mai, au Royaume-Uni. Depuis, le nombre de personnes contaminées augmente sur tout le continent : 98 en Espagne, 90 au Royaume-Uni, 74 au Portugal et 7 en France.

Dans l’Hexagone, deux personnes ont été vaccinées le vendredi 27 mai, car elles avaient eu un contact à risque avec un malade atteint de la variole du singe. Pour réduire la transmission interhumaine du virus, "la Haute Autorité de santé (HAS) recommande la mise en œuvre d’une stratégie vaccinale réactive, c’est-à-dire autour d’un cas confirmé : les adultes qui ont été en contact avec une personne infectée sont considérés comme à risque, y compris les professionnels de santé exposés sans mesure de protection individuelle"

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES