• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer du sang

Leucémies myéloïdes aiguës : un nouveau traitement triple la survie des malades

Une nouvelle combinaison thérapeutique devient la référence de traitement pour certaines leucémies myeloïdes aiguës, un cancer du sang rare et difficile à soigner. 

Leucémies myéloïdes aiguës : un nouveau traitement triple la survie des malades KatarzynaBialasiewicz / istock.


  • Publié le 06.05.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les leucémies, toutes formes confondues, concernent environ 9 000 personnes chaque année (3 250 leucémies aiguës et 5 200 leucémies chroniques en 2012).
  • Elles touchent essentiellement les enfants ou les personnes âgées.

La survie des patients atteints de leucémies myéloïdes aiguës avec une mutation du gène IDH-1 non éligibles à une chimiothérapie intensive restait jusqu’à présent très brève. Mais la nouvelle étude internationale de phase III AGILE publiée dans le New England Journal of Medicine montre qu’associer une chimiothérapie, l’azacitidine, avec une nouvelle thérapie ciblée, l’ivosidenib, triple la survie des malades. "Cette combinaison prometteuse définit le nouveau standard de traitement pour ces patients" commente l’Institut Gustave Roussy dans un communiqué.

Un cancer du sang rare et complexe à traiter

La leucémie myéloïde aiguë (LMA), encore appelée leucémie aiguë myéloblastique, est un cancer du sang rare et complexe à traiter. Elle se caractérise par une multiplication incontrôlée de cellules indifférenciées envahissant la moelle osseuse et entraînant une baisse de la production des globules rouges, globules blancs et des plaquettes. Diagnostiquée après un myélogramme et une analyse de sang, la LMA touche essentiellement les adultes âgés (68 ans en moyenne lors du diagnostic). Parmi les mutations retrouvées, celles du gène IDH-1 (isocitrate déshydrogénase-1) est présente dans 6 à 10 % des cas.

Cependant, la moitié des patients sont soit trop âgés, soit porteurs de comorbidités (cardiaques, rénales…) les empêchant de recevoir de fortes doses de chimiothérapie. Dans ces cas-là, le traitement de référence, basé sur l’azacitidine, ne donne pas de résultats satisfaisants en termes de rémission complète (10 à 15 %) et de survie globale (8 à 9 mois).  

Un nouvel essai clinique  

Dans ce nouvel essai clinique de phase III en double aveugle, randomisé et contrôlé par placebo, 146 patients issus d’une vingtaine de pays, âgés en moyenne de 75 ans au moment du diagnostic de LMA avec mutation IDH-1 et inéligibles à une chimiothérapie intensive, ont été inclus entre 2018 et 2021.

Tous ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes : le premier recevant un comprimé d’ivosidenib (500 mg en une prise quotidienne) et de l’azacitidine par injection intraveineuse ou en sous-cutané ; le second se voyant administrer, dans les mêmes conditions, un placebo et l’azacitidine. Les patients ont été suivis en moyenne 12 mois, le temps d’au moins 6 cycles de traitements. "Le critère d’évaluation principal de l’étude portait sur la survie sans événement, c’est-à-dire l’absence d’échec ou de rechute, de progression de la maladie, ou de décès", précisent les scientifiques.

Effet massif

Les résultats indiquent que le risque de récidive ou de décès a été réduit de 67 % dans le groupe ayant reçu la combinaison de traitement. 38 % des patients traités par azacitidine et ivosidenib étaient en rémission complète après 24 semaines de traitement, contre 11 % pour ceux du groupe contrôle. La survie globale médiane a été quant à elle triplée, passant de 8 mois sans ivosidenib à 24 mois avec l’association des deux thérapies. Par ailleurs, la qualité de vie des patients ayant reçu la combinaison a été améliorée et l’incidence des infections étaient moins importante (28 % contre 49 % pour le groupe contrôle).  

Pour le Pr Christian Recher et le Dr Stéphane de Botton, la méthodologie de leur essai est robuste et son effet massif. "Non seulement les patients ayant eu la combinaison répondent beaucoup plus et plus longtemps, ce qui se traduit par plus de rémission complète et une meilleure survie sans événement, mais ils présentent également moins d’infections, les traitements étant mieux tolérés. Au bout du compte, la survie globale est nettement améliorée, ce qui est sans précédent dans cette population très difficile à traiter".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES