• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Edition de gènes

Anxiété, alcoolisme : et si on réinitialisait le cerveau ?

L'utilisation de l'édition de gène permettrait d'inverser le processus né d'une consommation excessive d'alcool par les adolescents.

Anxiété, alcoolisme : et si on réinitialisait le cerveau ? efreet/iStock


  • Publié le 06.05.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La consommation d'alcool à l'adolescence a un effet épigénétique sur un gène qui prédispose à l'anxiété
  • La technique de l'édition de gènes permettrait d'inverser ce processus

Victime d'anxiété, addict à l'alcool ? Et si la solution était une sorte de "reset" cérébral pour renverser le processus à l'origine de ces troubles ? C'est ce que suggère une étude menée par des chercheurs de l'université de l'Illinois à Chicago et publiée dans Science Advances. Leur approche repose sur l'édition de gènes utilisée comme traitement pour provoquer une inversion de la reprogrammation épigénétique qui prédispose à l'anxiété et à l'excès de consommation d'alcool à l'âge adulte.

Inverser une reprogrammation épigénétique

L'équipe de chercheurs est partie du constat que la consommation excessive d'alcool à l'adolescence altère la chimie du cerveau au niveau de l'activation d'un gène, le gène Arc. La reprogrammation épigénétique de ce gène dans le centre du cerveau qui gère des émotions et de la mémoire contribue à une prédisposition à l'anxiété et à l'alcoolisme. C'est ce processus qu'ils ont cherché à inverser  en utilisant en laboratoire et sur des modèles animaux un outil d'édition de gène nommé CRISPR-dCas9 qui permet d'agir sur l'activation ou non des gènes.

Sur des modèles murins, les scientifiques ont étudié des animaux exposés à l'alcool dès leur "adolescence" (un moment de leur vie qui correspond à l'âge de 10 à 18 ans chez l'homme). En utilisant le système CRISPR-dCas9 pour favoriser la substitution d'un atome d'hydrogène modifiant l'ADN, l'expression du gène Arc se normalisait et les indicateurs d'anxiété et de consommation d'alcool diminuaient.

A l'inverse, sur des animaux adultes qui n'avaient pas été exposés à l'alcool, l'utilisation de l'éditeur de gènes pour bloquer la modification de l'ADN entraînait une diminution de l'expression du gène Arc et une augmentation des indicateurs d'anxiété et de consommation d'alcool.

"Une sorte de réinitialisation pour le cerveau"

"La consommation d'alcool excessive et précoce peut avoir des effets durables et significatifs sur le cerveau et les résultats de cette étude offrent la preuve que l'édition génétique est un antidote potentiel à ces effets, offrant une sorte de réinitialisation pour le cerveau", a précisé Subbach Pandey, professeur de psychiatrie et auteur principal de l'étude.

Alors que la consommation excessive d'alcool chez les adolescents est un grave problème de santé publique, les chercheurs estiment que leurs travaux "aident à mieux comprendre ce qui se passe dans les cerveaux en développement lorsqu'ils sont exposés à des niveaux élevés d'alcool et donnent l'espoir de futurs traitement efficaces contre l'anxiété et d'autres troubles liés à la consommation d'alcool".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES