• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

En France, la crise sanitaire a fait grossir les jeunes enfants

Plus d'écrans, moins de sorties... La crise sanitaire de la Covid-19 a eu un impact très net sur le poids des petits Français. 

En France, la crise sanitaire a fait grossir les jeunes enfants BlackSalmon / istock.


  • Publié le 26.04.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En 2020, près d’un Français sur deux (47,3%) était en situation de surpoids et/ou d’obésité.
  • Selon la classification de l’OMS, on parle de surpoids lorsque l’IMC est supérieur à 25 et d’obésité lorsqu’il dépasse 30.

Selon une nouvelle étude publiée par Santé Publique France, la crise sanitaire a fait prendre du poids aux enfants de 4 ans.

Trois années scolaires

"L’objectif de ce travail était d’explorer, sur trois années scolaires (2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021), l’évolution du statut staturo-pondéral des enfants et d’estimer l’impact de la crise sanitaire due au SARS-CoV-2 dans le Val-de-Marne", expliquent les chercheurs en introduction.

À partir des données issues des bilans de santé en école maternelle (BSEM), les scientifiques ont analysé le poids, la taille, le sexe et l’âge de 48 119 enfants, tout en répertoriant si leur école se situait dans une zone prioritaire et s’ils fréquentaient la cantine et/ou la garderie.

Résultats : parmi tous les enfants inclus dans la cohorte, la proportion des petits en surpoids était significativement plus importante en 2020-2021 par rapport aux années précédentes. Plus précisément, le pourcentage d’enfants en surpoids a augmenté de +2,6% et celui des enfants obèses de +1,8%.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque susceptibles d’augmenter leur surcharge pondérale étaient le sexe féminin et l’appartenance de l’enfant à un réseau d’éducation prioritaire. La fréquentation d’une garderie ou de la cantine scolaire était en revanche un élément protecteur du surpoids et de l’obésité.

"Les données du BSEM montrent que l’augmentation du statut staturo-pondéral des enfants en moyenne section de maternelle est significative à la suite de la crise sanitaire. Les mesures prises ont accru la sédentarité et dégradé les modes d’alimentation avec un impact important chez les enfants", écrivent les chercheurs en conclusion. "Une vigilance particulière devra être portée dans les zones socialement défavorisées et chez les filles", ajoutent-ils.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES