• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Mort des cellules germinales

Infertilité : nouvelles pistes pour comprendre les effets délétères de la chimiothérapie

Alors que l'infertilité touche un couple sur quatre en France, des chercheurs Français viennent de comprendre pourquoi la chimiothérapie diminue les chances de concevoir un enfant, chez les hommes comme chez les femmes. 

Infertilité : nouvelles pistes pour comprendre les effets délétères de la chimiothérapie Chinnapong / istock.


  • Publié le 22.04.2022 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Près de 3,3 millions de Français sont directement touchés par l’infertilité.
  • Celle-ci peut concerner aussi bien les hommes que les femmes et n’a cessé d’augmenter ces dernières années.

L’infertilité est un problème de santé publique affectant des millions de couples en France, sur lequel la chimiothérapie a des effets particulièrement délétères. "Comprendre les mécanismes à l’origine de ces effets négatifs est une priorité afin de mieux les prévenir et de restaurer la fertilité chez les survivants du cancer", expliquent des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, du CNRS et de l’université Clermont Auvergne.

"Réduire le renouvellement"

Dans une nouvelle étude publiée dans le journal Advanced Science, ils se sont donc intéressés à un récepteur que l’on retrouve sur les cellules germinales masculine à l’origine des gamètes,  appelé "TGR5".

Afin de mieux comprendre son rôle, les scientifiques ont exposé des souris à un agent de chimiothérapie appelé busulfan. Ils ont alors montré que la chimiothérapie induit la mort d’une partie des cellules germinales chez des souris saines, affectant ainsi leur fertilité. "Le fait que ce soit les cellules germinales, encore indifférenciées, qui soient touchées est particulièrement problématique car l’on touche à la réserve des cellules produisant les gamètes. Cela peut réduire leur renouvellement et contribuer à l’infertilité post-chimiothérapie", souligne David Volle, l’un des auteurs de l’étude.

En revanche, chez des souris qui ont été génétiquement modifiées pour que les récepteurs TGR5 soient absents, les effets de la chimiothérapie sur les cellules germinales ont été atténués. Cela s’est traduit par un retour accéléré de la fertilité chez ces souris traitées au busulfan par rapport aux souris témoins.

Mécanismes moléculaires

"Notre étude a donc permis de mieux comprendre les mécanismes moléculaires impliqués dans les impacts délétères des chimiothérapies sur les cellules germinales et la fertilité. En effet, ces résultats démontrent que les récepteurs TGR5 jouent un rôle important", ajoute David Volle.

A plus long terme, l’objectif serait de développer des méthodes pour moduler l’activation des récepteurs TGR5 de manière ciblée au sein des cellules germinales, afin de protéger ces dernières et de restaurer la fertilité après la chimiothérapie. L’idée serait aussi d’évaluer si ces données peuvent être extrapolées dans d’autres contextes pathologiques où l’activité des récepteurs TGR5 pourrait être modulée, telles que l’obésité ou le diabète, des pathologies connues pour altérer la fertilité.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES