• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Soutien familial

Les enfants uniques s’occupent davantage de leurs parents vieillissants

Les personnes qui n’appartiennent pas à une fratrie ont souvent la réputation d’être égoïstes. Mais selon une récente étude britannique, elles seraient plus enclines à venir en aide à leurs parents âgés que les adultes qui ont des frères et des sœurs.

Les enfants uniques s’occupent davantage de leurs parents vieillissants Ridofranz/iStock


  • Publié le 07.04.2022 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les enfants uniques représentaient 14 % de la cohorte incluant des enfants nés en 1946, 7 % du groupe venu au monde en 1958 et 8 % de ceux nés en 1970.
  • Les filles étaient plus susceptibles de fournir des soins personnels aux parents, tels que l'aide au bain, à l'habillage et à l'alimentation, tandis que les garçons étaient plus enclins à les aider pour les tâches pratiques, comme les réparations et le paiement des factures.

"Les enfants ayant des frères et sœurs peuvent partager la prise en charge de leurs parents vieillissants, mais les enfants uniques doivent assumer seuls cette responsabilité. Compte tenu de l'augmentation de la longévité et de la dépendance à l'égard des soins informels, ainsi que de la hausse du nombre de familles monoparentales, il est nécessaire d'examiner de plus près les soins prodigués par les enfants uniques". C’est ce qu’ont écrit des chercheurs de l’University College London au Royaume-Uni dans une étude publiée dans la revue Ageing and Society le 6 avril.

Dans le cadre de leurs travaux, les scientifiques ont analysé les données de plus de 30.000 adultes nés en 1946, en 1958 et en 1970 qui ont participé à trois vastes cohortes en Grande-Bretagne. Leur objectif était d’évaluer les soins prodigués par les enfants uniques à leurs parents et ceux réalisés par les personnes n’ayant pas eu de frères et de sœurs, de comparer l’intensité des soins et le bien-être des enfants. Pour cela, les auteurs ont examiné les informations rapportées par les participants à différentes étapes de leur vie, entre la fin de la trentaine et le début de la soixantaine.

Le bien-être et la santé mentale des deux groupes étaient similaires

D’après les résultats, les enfants uniques sont plus susceptibles de s'occuper de leurs parents âgés (c’est-à-dire de les aider à se doucher, à faire à manger, le ménage, la lessive ou encore payer les factures) et de mieux gérer les exigences émotionnelles et psychologiques de cette prise en charge que les personnes appartenant à une fratrie. Bien que cette prise en charge soit liée à une mauvaise santé mentale ou à un bien-être moindre, les chercheurs n’ont trouvé aucune preuve que cela diffère entre les enfants uniques et ceux qui ont des frères et sœurs.

"Compte tenu des pressions auxquelles sont confrontés les aidants, il est rassurant de constater que les enfants uniques s'en sortent aussi bien que les enfants ayant des frères et sœurs, qui peuvent partager cette responsabilité, leur temps et les coûts. Les familles avec un seul enfant étant de plus en plus nombreuses depuis quelques générations, cette étude devrait réconforter les enfants uniques et leurs parents qui pourraient s'inquiéter des pressions futures liées à la prise en charge", a déclaré Alice Goisis, co-auteur de l'étude, dans un communiqué.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES