• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Evolution

Les psychopathes seraient-ils le résultat de la sélection naturelle ?

Une étude apporte un regard nouveau sur les psychopathes, qui ont la réputation d'être agressifs, insensibles et incapables d'éprouver des remords. 

Les psychopathes seraient-ils le résultat de la sélection naturelle ? Motortion / istock.

  • Publié le 01.04.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La psychopathie toucherait 2 % à 3 % de la population mondiale.
  • Ce sont surtout les hommes qui sont concernés, entre 20 et 30 ans.

Dans une nouvelle étude publiée dans Evolutionary Psychology, des chercheurs avancent que les psychopathes ne seraient pas forcément des malades mentaux, mais plutôt le fruit d’une évolution naturelle.

Méta-analyse

"La psychopathie a été conceptualisée comme un trouble mental, mais il existe de plus en plus de preuves qu'elle pourrait plutôt être une stratégie alternative et adaptative" du développement, écrivent-ils en préambule.

Pour tenter d’y voir plus clair, les scientifiques ont compilé et recoupé seize anciennes études qui associaient la psychopathie au fait d'être gaucher (une caractéristique physique longtemps diabolisée, NDLR). "Nous avons méta-analysé 16 études qui ont examiné l'association entre la psychopathie et le fait d’être gaucher au sein de diverses populations. Bilan : il n'y avait pas de variation du taux de gauchers entre les participants à haut et à bas niveau de psychopathie. Idem concernant les délinquants psychopathes et non psychopathes", rapportent-ils.

Survivre dans un monde hostile

Pour eux, les traits de personnalité qui caractérisent les psychopathes - agressivité, insensibilité, incapacité à éprouver des remords- se seraient donc développés pour aider les êtres humains à survivre dans un monde hostile et compétitif, constituant de fait un avantage par rapport aux autres. 

Si la méthodologie de cette étude n’est pas très solide, elle renvoie néanmoins à un débat qui agite de plus en plus le monde de la psychiatrie : qu’est-ce qu’une maladie mentale, et peut-on vraiment réfléchir en terme de catégories ? Par exemple, l’inclusion dans le dernier DSM5 d’une nouvelle maladie appelée "deuil pathologique" a fait réagir de nombreux psychiatres, qui considèrent qu’aucun deuil n’est "anormal".  

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES