• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Covid-19 : les réseaux sociaux permettent de mesurer l’impact psychologique de la pandémie

Les messages publiés sur les réseaux sociaux au début de la pandémie étaient bien plus négatifs que ceux postés durant une période normale. 

Covid-19 : les réseaux sociaux permettent de mesurer l’impact psychologique de la pandémie g-stockstudio/istock


  • Publié le 19.03.2022 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des chercheurs ont analysé le moral des individus par leurs messages publiés sur les réseaux sociaux, une meilleure méthode selon eux que les enquêtes d’opinions.
  • Dans 18% des pays analysés, les habitants n'ont toujours pas retrouvé le moral qu’ils avaient avant la pandémie.

Confinement, restrictions sanitaires, maladie… Au début de la pandémie, toutes les mesures prises pour endiguer l’épidémie ont eu un impact sur le moral des citoyens. Preuve en est, selon une étude menée par les chercheurs du Massachusetts institute of technology (MIT), les messages publiés sur les réseaux sociaux à cette époque étaient bien plus négatifs que ceux postés avant l’épidémie. 

654 millions de messages analysés

Pour parvenir à ces résultats, l’équipe du MIT a analysé 654 millions de messages postés sur les réseaux sociaux entre le 1er janvier 2020 et le 31 mai 2020 par des individus vivant dans plus d’une centaine de pays. Leur but était de déterminer à quel point le moral des personnes avait été affecté par la crise de la Covid-19. Ainsi, ils ont analysé tous ces messages grâce à un logiciel de traitement du langage naturel et les ont comparés avec d’autres envoyés en temps normal, sans pandémie. 

La pandémie impacte plus le moral que les catastrophes naturelles

Lors de précédents travaux, les scientifiques avaient étudié l’impact de la pollution, des conditions météorologiques extrêmes et des catastrophes naturelles sur l'opinion publique. Ils ont ainsi comparé les messages publiés par les internautes pendant la pandémie à ceux postés lors de ces autres évènements. Résultat : la pandémie avait plus de conséquences psychologiques sur les gens. "La réaction (psychologique) à la pandémie a été trois à quatre fois plus forte que celle générée par des températures extrêmes, explique Yichun Fan, l’un des auteurs. Le choc pandémique est encore plus important que lorsqu’il y a un ouragan dans une région".

Une variation de moral plus importante que celle due à la reprise du travail

Les chercheurs ont aussi observé qu’en règle générale, c’est-à-dire en dehors des périodes d’épidémie, les gens avaient des messages plus optimistes le week-end que le lundi. Ils ont donc voulu comparer cette différence entre les jours de repos et le début de la semaine à la variation du moral des individus à cause de la Covid-19. Ainsi, ils estiment que l’écart est 4,7 fois plus important quand il est dû à la Covid-19 que quand il est dû à la reprise du travail. "La conclusion est que la pandémie a causé un bilan émotionnel très fort, de quatre à cinq fois supérieur à la variation de moral observée au cours d'une semaine normale", développe Siqi Zheng, l’un des auteurs de ces travaux. 

La double conséquence du confinement

Autre enseignement de ces travaux : les périodes de confinement n’ont pas eu un impact très significatif sur le moral des gens. "D’un côté, avec ces politiques les gens se sentaient plus en sécurité, moins effrayés, explique Siqi Zheng. D'un autre côté, lors du confinement vous ne pouviez pas avoir d'activités sociales, c'est un autre stress émotionnel. L'impact des politiques de confinement peut s’analyser de ces deux façons." 

Des différences entre les pays

Les scientifiques ont aussi observé des variations entre les pays étudiés. Ainsi, les populations les plus impactées étaient celles vivant en Australie, en Espagne, en Colombie et au Royaume-Uni. À l’inverse, en Grèce, au Bahreïn, au Botswana, au Oman et en Tunisie, les habitants étaient moins touchés par la pandémie. Enfin, certains pays ont mis jusqu’à 29 jours pour effacer la moitié de la perte de moral qu’ils ont subie à cause de la pandémie.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES