• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Bactéries

Fausse couche : et si le microbiote vaginal jouait un rôle ?

Des modifications des bactéries vaginales pourraient être associées à un arrêt spontané de grossesse au cours des cinq premiers mois.

Fausse couche : et si le microbiote vaginal jouait un rôle ? fizkes/iStock


  • Publié le 25.02.2022 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Environ 15 % des femmes enceintes font une seule fauche couche au cours de leur vie. En générale, les grossesses suivantes se déroulent sans difficultés.
  • Une fausse couche se manifeste par des saignements vaginaux, des caillots de sang, des douleurs dans le bas du dos, au niveau de l’abdomen ou des crampes pelviennes.

"Des preuves émergentes soutiennent une association entre la composition du microbiote vaginal et le risque de fausse couche. Cependant, les mécanismes sous-jacents sont mal compris". C’est ce qu’ont écrit des scientifiques de l’université Imperial College London (Royaume-Uni) dans une récente étude publiée dans la revue BMC Medicine. Pour déterminer si le déséquilibre de l’ensemble des micro-organismes présents dans le vagin peut causer une fin de grossesse involontaire, les auteurs ont mené leurs travaux auprès de 167 femmes enceintes entre mars 2014 et février 2019.

Inflammation

Les volontaires avaient fait une fausse couche ou ressenti des douleurs ou des saignements au cours du premier trimestre de leur grossesse. Au total, 93 participantes ont été victimes d’un arrêt de grossesse au cours des cinq premiers mois et 74 n'en ont pas fait et ont accouché à terme. Parmi les femmes qui ont fait une fausse couche, 54 ne présentaient aucune anomalie chromosomique dans l'embryon.

Les chercheurs ont constaté qu’une inflammation causée par des modifications des bactéries vaginales pouvait entraîner une fausse couche. "Nous montrons que les fausses couches euploïdes (se dit des cellules ou des personnes qui ont un nombre chromosomique normal) sont associées à une prévalence significativement plus élevée de communautés microbiennes vaginales appauvries en Lactobacillus spp. (qui préviennent la croissance et la prolifération de bactéries potentiellement nocives) par rapport aux fausses couches aneuploïdes", peut-on lire dans l’étude.

Dégradation de la muqueuse de l'utérus

Dans un communiqué de l’université, le Dr Karen Grewal, professeure du département du métabolisme, de la digestion et de la reproduction de l'Imperial College London, a expliqué qu’il existait de nombreuses idées sur la façon dont cette inflammation pouvait conduire à un arrêt de grossesse : "par exemple, certains organismes bactériens vaginaux déclenchant une inflammation en amont qui provoque une dégradation de la muqueuse de l'utérus."

Selon les scientifiques, cette découverte pourrait ouvrir la voie à un traitement préventif contre les fausses couches. Ils ont également précisé que le rôle du microbiote vaginal devait être examiné de plus près.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES