• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Un traitement par anticorps

La HAS donne son feu vert pour Xevudy, un traitement contre la Covid-19

Le médicament, à base d’anticorps de synthèse, s’adresse aux personnes à risque de forme grave. Il serait efficace en cas d’infection par le variant Omicron.

La HAS donne son feu vert pour Xevudy, un traitement contre la Covid-19 okskaz/istock

  • Publié le 11.01.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Dans l’Union européenne, cinq traitements sont autorisés.
  • Le Xevudy est un traitement curatif : il est efficace en cas d’infection, mais pas dans la prévention de la maladie.
  • Son utilisation pourrait varier selon "l'état des connaissances scientifiques et du contexte épidémiologique".

Il y a désormais une nouvelle option thérapeutique face à la Covid-19 et ses variants. En France, la Haute autorité de Santé a autorisé un nouveau médicament : le Xevudy. Elle l’a annoncé dans un communiqué, paru le 7 janvier dernier. Ce traitement repose sur une molécule appelée sotrovimab, un anticorps monoclonal. La HAS précise qu’il a une double action "en empêchant le virus d’infecter de nouvelles cellules" et "en éliminant les cellules déjà infectées". 

À qui est destiné ce traitement ?

"Cet anticorps monoclonal est indiqué pour les adultes et adolescents âgés de 12 ans et plus (et pesant plus de 40 kg) infectés par le SARS-CoV-2 qui ne nécessitent pas une supplémentation en oxygène et qui présentent un risque de faire une forme sévère de la maladie", explique la HAS. Elle estime que les personnes à risque de forme grave sont celles âgées de 80 ans et plus, les patients ayant un déficit de l'immunité lié à une pathologie ou à des traitements et ceux à risque de complications pour d’autres raisons. L’autorité précise que le médicament doit être administré dans les cinq jours qui suivent l’apparition des symptômes de la maladie. Il est injecté par voie intraveineuse dans des établissements hospitaliers.  

Quelle efficacité face au variant Omicron ? 

Selon la HAS, les études menées sur le Xevudy ont démontré une réduction du risque de progression vers une forme sévère de la Covid-19, c’est-à-dire une hospitalisation de plus de 24 heures ou un décès, d’environ 80 % après l’administration du traitement. Pour l’heure, les scientifiques estiment qu’il pourrait être efficace contre Omicron. "Des données in vitro suggèrent le maintien de l’activité neutralisante du sotrovimab quand celle des autres anticorps monoclonaux disponibles diminue voire disparaît", indique la HAS. Le Ronapreve a une perte totale d’activité neutralisante face au nouveau variant, le Regkirona, non disponible en France, n’est pas efficace non plus, et Evusheld a une perte partielle d’efficacité. 

Un outil complémentaire, qui ne remplace pas la vaccination, ni les gestes barrière

"La HAS rappelle que la mise en œuvre des traitements par anticorps monoclonaux, ne dispense pas les patients du respect des mesures barrières et de distanciation physique dans le cadre de la lutte contre la Covid-19", précise le texte. Elle souligne que Xevudy n'est pas destiné à être utilisé comme substitut de la vaccination contre le SARS-CoV-2.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES