• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Autotests : comment ils fonctionnent et que sait-on de leur fiabilité ?

Afin de limiter les contaminations pendant les fêtes de fin d’année, les autorités sanitaires recommandent de prendre des précautions, notamment d’utiliser des autotests -gratuits pour les vaccinés- pour se faire dépister. Mais comment ça marche ? Quelle est la différence avec les autres tests de dépistage ? Peut-on se fier à leurs résultats ? On fait le point.

Autotests : comment ils fonctionnent et que sait-on de leur fiabilité ? Bihlmayer Fotografie/iStock

  • Publié le 17.12.2021 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les autotests ne sont pas remboursés par l’Assurance maladie mais ils peuvent être pris en charge pour certaines catégories de professionnels qui travaillent auprès de patients à risque.
  • Le gouvernement vient toutefois de décider de leur gratuité pour les personnes vaccinées
  • Réaliser plusieurs fois un autotest permet d’augmenter sa fiabilité par la répétition régulière des prélèvements.

Il s’agit du "geste le plus utile" pour les fêtes de fin d’année. Le Conseil scientifique a préconisé aux Français de se faire dépister par un autotest avant de se rendre à leurs réunions familiales pour éviter que ces dernières se transforment en "clusters".

Selon BFMTV, le gouvernement envisagerait de rendre ces tests de dépistage, vendus en pharmacie à 5,20 euros l’unité, gratuits pour les personnes vaccinées. Les patients, qui ne présentent pas ou peu de symptômes, seraient aussi concernés par cette mesure, qui devrait être tranché lors du conseil de Défense ce vendredi après-midi. Le but de l’exécutif est de désengorger les lieux où les tests sont réalisés et d’inciter les Français à se faire tester avant les fêtes de fin d’année.

Quelle est la différence entre les autotests et les autres tests autorisés ?

Ce test antigénique peut être réalisé en totale autonomie du prélèvement à la lecture du résultat, qui peut être déterminé en quinze à vingt minutes, selon la notice du fabricant. Il peut être utilisé avant une rencontre avec des proches ou dans le cadre d’un dépistage collectif. Cet outil de dépistage est destiné aux personnes qui ne présentent pas de symptômes et qui ne sont pas cas contact.

Contrairement aux autres tests de dépistage, les autotests sont à réaliser soi-même, à l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez, et non pas par des professionnels de santé. Son mode de prélèvement n’est donc pas le même. Dans le cadre d’un autotest, le prélèvement nasal est moins profond que celui pratiqué pour les tests PCR et antigéniques classiques.

Selon le ministère de la Santé, les autotests doivent être utilisés en complément des tests déjà disponibles avant un rassemblement familial ou avant de se rendre à des activités en espace clos. "Les tests PCR et antigéniques sur prélèvement nasopharyngé réalisés par des professionnels restent les uniques outils de diagnostic pour les personnes symptomatiques et pour les personnes contacts", peut-on lire sur son site.

Comment s’en servir ?

Pour réaliser un autotest, augmenter sa fiabilité et éviter de se blesser, il convient de suivre rigoureusement le guide d’utilisation fourni lors de son achat. Dans un premier temps, le patient doit se laver les mains avant de sortir le test de son emballage. Ensuite, il enlève l’opercule du tube contenant la solution réactive et dispose le tube à l'emplacement prédécoupé de la boîte.

Étape suivante : insérer l’écouvillon dans la narine sur 2 à 3 cm et réaliser un mouvement de 5 rotations avant de le retirer. Après, le patient doit essorer l’écouvillon dans la solution et visser la tétine sur le tube. "Si une seule bande colorée apparaît dans la zone c, le résultat est négatif. En revanche, si deux bandes colorées apparaissent, le résultat est positif", indique le ministère.

Les autotests sont-ils fiables ?

L’Assurance maladie explique que "la fiabilité de l’autotest est limitée, il est donc toujours possible d’être porteur du virus dans des quantités non détectables, ou qu’une erreur liée au prélèvement fausse le résultat." Il est ainsi essentiel de garder à l’esprit qu’un résultat négatif ne signifie pas nécessairement que l’utilisateur n’est pas touché par la Covid-19 et qu’il faut à continuer à appliquer les gestes barrières.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES