• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cognition

Pertes de mémoire : un test pour savoir en 15 minutes si c’est Alzheimer

Mis au point par des chercheurs américains, ce test auto-administré permet d’identifier en quelques minutes les signes précoces et subtils de la démence et de la maladie d’Alzheimer.

Pertes de mémoire : un test pour savoir en 15 minutes si c’est Alzheimer ThitareeSarmkasat/iStock

  • Publié le 07.12.2021 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Appelé SAGE, ce test permet de dépister en moins de 15 minutes chez les patients souffrant de troubles cognitifs légers ceux qui sont à risque d'évoluer vers un diagnostic de démence ou de maladie d'Alzheimer.
  • Réalisé régulièrement, il pourrait permettre une prise en charge plus précoce de la maladie.

Quand on vieillit, des pertes de mémoire et des désorientations peuvent survenir, sans que cela ne soit lié à une démence sénile ou à la maladie d’Alzheimer. Mais comment déterminer si ces problèmes de mémoire sont une conséquence normale du vieillissement ou le signe d’une maladie neurodégénérative ?

Aujourd’hui, le seul moyen de le savoir est de pratiquer des examens cliniques, en particulier des tests de mémoire et, dans certains cas, une IRM cérébrale ainsi qu’une ponction lombaire avec le dosage de marqueurs spécifiques de la maladie d’Alzheimer.

Grâce aux chercheurs du Wexner Medical Center, de la faculté de médecine et de la faculté de santé publique de l'université de l'État de l'Ohio, le diagnostic d’Alzheimer et de la démence pourra peut-être bientôt être facilité. Dans une étude publiée Alzheimer’s Research & Therapy, ils expliquent avoir mis au point un nouveau test précoce. Appelé SAGE (Self-Administered Gerocognitive Examination), il permet de détecter les signes précoces et subtils de la démence.

"Plus la déficience cognitive est détectée tôt, plus les traitements sont efficaces"

"De nouvelles thérapies de modification de la maladie sont disponibles et d'autres sont en cours d'évaluation dans le cadre d'essais cliniques. Nous savons que plus la déficience cognitive est détectée tôt, plus le patient a de choix de traitement et plus les traitements sont efficaces", souligne le Dr Douglas Scharre, directeur de la division de neurologie cognitive du Wexner Medical Center de l'Ohio et auteur principal de l'étude.

Les chercheurs précisent bien que ce test ne permet pas de diagnostiquer définitivement la maladie d'Alzheimer. En revanche, il permet aux médecins d'obtenir une base de référence du fonctionnement cognitif de leurs patients, ce qui leur permet de suivre leur mémoire et leurs capacités de réflexion au fil du temps. "Souvent, les médecins de premier recours ne reconnaissent pas les déficits cognitifs subtils lors des visites de routine", rappelle le Dr Scharre.

Un test fiable et rapide

Pour mettre au point le test SAGE, les auteurs ont suivi 665 patients pendant huit ans, et qu’ils ont soumis à plusieurs reprises au test. Parmi eux, 164 patients présentaient une déficience cognitive légère au début de l’étude. Celle-ci a évolué vers une démence pour 70 d’entre eux. Il s'agit d'un taux de conversion de 43 % sur une période de trois à quatre ans, ce qui est similaire aux taux d'autres études menées dans des centres universitaires, a précisé M. Scharre. La répartition des diagnostics de démence comprenait 70 % de démence de la maladie d'Alzheimer, 7 % de démence à corps de Lewy et 9 % de démence vasculaire pure ou mixte.

Les résultats ont montré que SAGE permettait d'identifier avec précision et en 10 à 15 minutes les patients souffrant de troubles cognitifs légers qui ont finalement évolué vers un diagnostic de démence au moins six mois plus tôt que la méthode de test la plus couramment utilisée, le Mini-Mental State Examination (MMS) ou Test de Folstein.

Suivre l'évolution du score cognitif

"Chaque fois que vous ou un membre de votre famille remarque un changement dans votre fonction cérébrale ou votre personnalité, vous devriez passer ce test, conseille le Dr Scharre. Si cette personne passe le test tous les six mois et que son score baisse de deux ou trois points sur un an et demi, il s'agit d'une différence significative, et son médecin peut utiliser cette information pour prendre de l'avance sur l'identification des causes de la perte cognitive et pour prendre des décisions de traitement."

En fonction de l'évolution du score cognitif, les cliniciens et les familles peuvent ensuite décider qu'il est temps d'agir sur les besoins de sécurité et de surveillance de la personne présentant des troubles. "Il peut s'agir, par exemple, d'une surveillance des médicaments, d'une aide financière, d'une limitation de la conduite automobile, de la mise en place de procurations durables et d'autres dispositions juridiques ou fiduciaires, d'un changement des conditions de vie et d'un soutien accru aux soins", conclut le chercheur.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES