Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude menée aux Etats-Unis

La pratique du co-dodo a doublé en 20 ans

De plus en plus de bébés dorment dans le lit de leurs parents. Cette pratique, jugée dangereuse par certains médecins, est fréquente dans les familles  défavorisées, révèle une étude américaine.

La pratique du co-dodo a doublé en 20 ans SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 02.10.2013 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les parents n’en font qu’à leur tête. Ils sont de plus en plus nombreux à dormir avec leur bébé alors qu’il est recommandé de les faire dormir dans la même chambre mais pas dans le même lit. Une étude parue dans la revue Jama Pediatrics montre que le co-dodo se développe aux Etats-Unis.


L’étude a porté sur près de 20 000 foyers ayant un enfant de moins de sept mois. Il en ressort que 11,2% des parents déclarent partager régulièrement le même lit que leur bébé. Mais, la pratique est encore plus répandue chez certaines minorités. Dans la communauté noire, le taux de parents déclarant pratiquer le co-dodo était de 38,7% en 2010 alors qu’il n’était « que » de 21,2% en 1993. Chez les Hispaniques, la tendance est la même puisqu’aujourd’hui cette pratique est régulière dans un foyer sur cinq alors que 17 ans plus tôt, le taux chez les parents d’origine hispanique était de 12,5%. Quant aux Américains blancs, ils partagent nettement moins leur lit avec leur bébé puisqu’ils sont moins de 5% à déclarer le faire, mais ce comportement est quand même de plus en plus fréquent. Globalement, qu’elles que soient les communautés, la pratique du co-dodo a doublé en pratiquement 20 ans. Les auteurs de cette étude n’expliquent pas cette explosion du co-dodo. En revanche, il semble que dormir avec son bébé soit plus répandu dans les foyers où la mère a un faible niveau d’éducation et un faible niveau de revenu. Les enfants prématurés se retrouvent plus souvent entre papa et maman.


Des pros et des antis chez les médecins

L’Académie américaine de pédiatrie, qui déconseille totalement le « bed sharing », ne parvient donc pas à se faire entendre. Ni des parents ni même vraiment des médecins. En effet, plus de la moitié des parents interrogés dans cette étude disent n’avoir jamais reçu de conseils de la part de leur médecin à ce sujet. Et parmi ceux qui en ont discuté avec leur pédiatre, ils ne se sont pas toujours vus déconseiller le « bed sharing ». Dans un cas sur cinq, le médecin n’avait pas d’avis tranché sur la question et dans 6% des cas, il a encouragé les parents à dormir avec leur bébé.


Il faut dire que cette question ne fait totalement consensus chez les médecins. Dans le Jama Pediatrics, un éditorial qui accompagne l’étude d’Eve Colson conteste les recommandations de l’Académie américaine de pédiatrie. Pour son auteur, Abraham Bergman, il faudrait aussi « consacrer du temps à expliquer tous les bienfaits du co-dodo : plus de sommeil pour les parents, un allaitement maternel facilité, et une incontestable satisfaction liée au contact peau à peau » avec son bébé.


5 fois plus de morts subites quand bébé dort dans le même lit

Pourtant, les dangers du co-dodo ont déjà été dénoncés. En mai 2013, une équipe de chercheurs britanniques de la London School of Hygiene and Tropical Medicine a mesuré précisément ses dangers. Le risque de mort subite du nourrisson était en effet multiplié par cinq chez les nourrissons de moins de trois mois qui dorment dans le lit de leurs parents. Plusieurs situations pourraient mettre la vie du bébé en danger : l’étouffement par l’un des parents, la couette ou l’oreiller, la chute du lit, l’hyperthermie si l’enfant est trop couvert…

 

Reste maintenant à savoir pourquoi le co-sleeping fait de plus en plus d’adeptes. Chez certains, l’effet de mode joue à plein, pour d’autres, les conditions de logement précaires ne permettent pas toujours d’offrir un petit lit à bébé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité