• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Famille

Pourquoi les petits-enfants «réveillent» le cerveau des grands-parents

Si les humains vivent au-delà de leurs années de reproduction, c'est qu’ils ont un rôle à jouer dans le développement des progénitures, petit-enfants compris.

Pourquoi les petits-enfants \ monkeybusinessimages/iStock

  • Publié le 17.11.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Se plonger dans les photos souvenirs active l’empathie des grands parents : émotionnelle quand les petits enfants sont tout petits et cognitive quand ils sont plus âgés.
  • Ces résultats permettent de mieux comprendre pourquoi les femmes vivent en moyenne au-delà de leurs années de reproduction, grâce à des avantages évolutifs apportés à leur progéniture.
  • Les chercheurs affirment qu'il semble exister un système global de soins parentaux dans le cerveau qui justifie le rôle des grands parents.

Les restrictions sanitaires ont conduit à limiter les interactions sociales et ont contraint de nombreux grands parents à faire une croix sur les visites de leurs petits-enfants, au moins pendant un temps. Pour compenser, ceux-ci ont pu se tourner vers les photos de ces derniers pour y trouver du réconfort. Une nouvelle étude, publiée le 17 novembre dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, suggère que cela augmente notamment leur empathie émotionnelle et indique un système de soins parentaux dans le cerveau qui met en évidence leur intérêt dans le développement des petits-enfants.

Un lien intergénérationnel spécial

Il s’agit de la première étude qui s’intéresse aux effets sur le cerveau des grands-parents du temps passé à se plonger dans les photos souvenir des petits-enfants. Pour cela, les chercheurs ont scanné le cerveau de grands-mères pendant qu'elles regardaient des photos de leurs jeunes petits-enfants, fournissant un instantané neuronal de ce lien intergénérationnel spécial. “Ici, nous mettons en évidence les fonctions cérébrales des grands-mères qui peuvent jouer un rôle important dans notre vie sociale et notre développement, assure Minwoo Lee, co-auteur de l’étude. C'est un aspect important de l'expérience humaine qui a été largement laissé en dehors du domaine des neurosciences.”

Les petits enfants adultes ne provoquent pas la même émotion

Les résultats montrent que se plonger dans les photos souvenirs active l’empathie des grands parents. “Ce qui ressort vraiment dans les données, c'est l'activation dans les zones du cerveau associées à l'empathie émotionnelle, avance James Rilling, professeur d'anthropologie à l’université d’Emory et auteur principal de l’étude. Cela suggère que les grands-mères ont pour objectif de ressentir ce que ressentent leurs petits-enfants. S’ils sourient, ils vont ressentir la joie de l'enfant. Et s’il pleure, ils ressentent la douleur et la détresse de l'enfant.”

L’étude a également montré que lorsque les grands-mères regardent des images de leur enfant adulte, elles montrent une activation plus forte dans une zone du cerveau associée à l'empathie cognitive. Cela indique qu'ils essaient peut-être de comprendre cognitivement ce que leur enfant adulte pense ou ressent et pourquoi, mais pas autant du côté émotionnel. “Les jeunes enfants ont probablement développé des traits pour pouvoir manipuler non seulement le cerveau maternel, mais aussi le grand cerveau maternel, estime James Rilling. Un enfant adulte n'a pas le même facteur mignon, il ne peut donc pas provoquer la même réponse émotionnelle.”

Les grands-mères, un intérêt pour les progénitures

Les chercheurs estiment que ces résultats permettent de mieux comprendre pourquoi les femmes vivent en moyenne au-delà de leurs années de reproduction. Leur hypothèse est que cela s’explique par des avantages évolutifs apportés à leur progéniture et à leurs petits-enfants. “Nous supposons souvent que les pères sont les aidants les plus importants à côté des mères, mais ce n'est pas toujours vrai, ajoute James Rilling. Dans certains cas, les grands-mères sont la principale aide.”

Les preuves à l'appui de cette hypothèse comprennent une étude du peuple traditionnel Hadza de Tanzanie, où la recherche de nourriture par les grands-mères améliore l'état nutritionnel de leurs petits-enfants. Une autre étude des communautés traditionnelles a montré que la présence des grands-mères diminue les intervalles entre les naissances de leurs filles et augmente le nombre de petits-enfants.

Un système de soins parentaux dans le cerveau

Pour l'étude actuelle, les chercheurs ont voulu comprendre le cerveau des grands-mères en bonne santé et comment cela peut être lié aux avantages qu'ils offrent à leurs familles. Pour cela, ils ont recruté 50 participantes à qui ils ont demandé de remplir des questionnaires sur leurs expériences en tant que grands-mères, fournissant des détails tels que le temps passé avec leurs petits-enfants, les activités qu'ils font ensemble et l'affection qu'ils ressentent pour eux. Celles-ci ont également subi une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour mesurer leur fonction cérébrale alors qu'ils regardaient des photos de leur petit-enfant, d'un enfant inconnu, du parent du même sexe du petit-enfant et d'un adulte inconnu.

Les résultats ont révélé que, tout en regardant des photos de leurs petits-enfants, la plupart des participants ont montré plus d'activité dans les zones cérébrales impliquées dans l'empathie émotionnelle et le mouvement, par rapport au moment où ils regardaient les autres images. Les grands-mères qui activaient plus fortement les zones impliquées dans l'empathie cognitive lors de la visualisation de photos de leur petit-enfant ont déclaré dans le questionnaire qu'elles souhaitaient une plus grande implication dans les soins du petit-enfant. “Nos résultats ajoutent à la preuve qu'il semble exister un système global de soins parentaux dans le cerveau, et que les réponses des grands-mères à leurs petits-enfants s'y reflètent”, suggère James Rilling.

Les chercheurs notent cependant une limite à leur étude qui est que celle-ci ne s’est intéressée qu’à des grands-mères en bonne santé mentale et physique.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES