• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche

Maladie d’Alzheimer : les effets bénéfiques potentiels de la vitamine B12

Dans une expérience sur des vers, la vitamine B12 a montré un intérêt dans le ralentissement de la maladie. 

Maladie d’Alzheimer : les effets bénéfiques potentiels de la vitamine B12 selvanegra/istock

  • Publié le 01.10.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le ver C.Elegans est utilisé depuis de nombreuses années dans les travaux scientifiques car il permet d’étudier facilement la biologie cellulaire.
  • Environ un million de personnes sont atteintes de la maladie d'Alzheimer en France.
  • La vitamine B12 est impliquée dans le fonctionnement du système nerveux et dans la formation du sang.

C’est un petit invertébré commun, mais précieux pour la science : le ver. Des chercheurs américains l’utilisent dans leurs recherches sur la maladie d’Alzheimer. Dans Cell reports, ils racontent comment cet animal leur a permis de faire une précieuse découverte. Jessica Tanis et son équipe travaillent sur les liens entre l’alimentation et la maladie d’Alzheimer. Pour ce faire, ils utilisent des vers C.elegans, lorsque ceux-ci sont touchés par l’expression de la protéine bêta-amyloïde, impliquée dans la maladie d’Alzheimer, ils deviennent paralysés en 36 heures. Ainsi, les scientifiques peuvent directement observer ceux qui sont atteints de la pathologie. 

Pourquoi observer des vers ? 

"En tant qu'êtres humains, nous avons une immense diversité génétique et des régimes alimentaires si complexes qu'il est très difficile de déchiffrer comment un facteur alimentaire affecte l'apparition et la progression de la maladie d'Alzheimer", explique la directrice de l’étude. Or, les vers disposent d’un bagage génétique proche du nôtre et réagissent à la protéine bêta-amyloïde, impliquée dans la maladie d’Alzheimer, comme le font les humains. Les vers ont un autre avantage : "nous pouvons contrôler exactement ce qu'ils mangent, afin que de nous pencher sur les mécanismes moléculaires à l’œuvre."

Une bactérie et ses vitamines en cause 

Lors de l’une de ces expériences, tous les vers ont été confrontés à l'expression de la protéine bêta-amyloïde, mais une boîte a eu un comportement différent : les invertébrés ont continué à bouger. "L’observation a été faite par l’une de mes étudiantes de master, Kirsten Kervin, raconte Jessica Tanis. Elle a répété l’expérience plusieurs fois et a trouvé les mêmes résultats." Il a fallu des années aux chercheurs pour comprendre l’origine de cette différence : la bactérie E.coli. Elle a permis aux scientifiques de cultiver les vers, or l’une des souches avaient des niveaux de vitamine B12 plus élevés. "Lorsque nous avons donné de la vitamine B12 aux vers qui en manquaient, la paralysie s'est produite beaucoup plus lentement, détaille la scientifique. Ce qui nous a immédiatement indiqué que la B12 était bénéfique." Ils ont également constaté que les vers supplémentés en B12 avaient plus d'énergie et un stress oxydatif plus faible dans leurs cellules. En revanche, la vitamine B12 n’a eu aucun effet sur les animaux non-carencés. Il y a une autre limite à ces bénéficies : la vitamine dépend d’une enzyme appelée méthionine synthase, en son absence, la B12 n’a pas d’effet. L’équipe de recherche souhaite poursuivre ses travaux afin de déterminer si cette vitamine peut avoir un effet protecteur sur des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES