• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Vaccination

Vaccin Pfizer : il n’y a pas de risque supplémentaire d’accident cardiovasculaire chez les plus de 75 ans

Les personnes âgées de 75 ans et plus n’ont pas davantage de risque d’infarctus, d’AVC ou d’embolie pulmonaire lorsqu’elles sont vaccinées avec le sérum de Pfizer-BioNTech. 

Vaccin Pfizer :  il n’y a pas de risque supplémentaire d’accident cardiovasculaire chez les plus de 75 ans Ridofranz/istock

  • Publié le 20.07.2021 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, 79% des plus de 75 ans ont reçu les deux doses du vaccin.
  • Le vaccin permet de réduire de 87% le risque de forme grave chez les plus de 75 ans, sept jours après la seconde dose.
  • Or, parmi les personnes décédées de la Covid-19, 79% avaient plus de 75 ans.

Le vaccin Cominarty de Pfizer-BioNTech n’entraîne pas de sur-risque d’évènements cardiovasculaires graves pour les personnes de 75 ans et plus, selon un rapport de l’Agence de sécurité du médicament (ANSM). Qu’il s’agisse d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral ou d’embolie pulmonaire, il n’y a pas de hausse du risque après la vaccination, quelle que soit la dose. Ces résultats ont été obtenus dans le cadre d’une étude, réalisée par EPI-PHARE, un groupement d’intérêt scientifique qui rassemble l’ANSM et la Caisse nationale d’Assurance maladie, à partir de décembre 2020. 

Des différences non-significatives 

"Le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech a été le premier et le plus majoritairement utilisé dans cette population", rappelle un communiqué de l’ANSM. Au total, l’étude a porté sur près de 30 000 personnes, toutes ont été hospitalisées suite à l’un des évènements cardiovasculaires cités précédemment. Toutes n’étaient pas vaccinées. "Les périodes de 14 jours suivant la 1ère dose et la 2nde dose du vaccin ont été considérées comme périodes à risque, et toutes les autres périodes comme des périodes témoins", expliquent les chercheurs. Ensuite, ils ont comparé la fréquence de survenue des problèmes cardiovasculaires selon la période et selon les profils. "Globalement, la fréquence de survenue de cas d’hospitalisation pour un infarctus du myocarde, un AVC ischémique, un AVC hémorragique ou une embolie pulmonaire chez des personnes âgées de 75 ans et plus ne différait pas significativement entre les 14 jours suivant la première dose ou la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech et les périodes contrôles", indiquent les chercheurs. En somme, ces événements cardiovasculaires graves ne sont pas plus fréquents chez les plus de 75 ans vaccinés. 

D’autres études à venir 

"Une fois que les informations seront disponibles les analyses seront poursuivies pour mesurer ces risques notamment chez les personnes ayant des antécédents d’événements cardiovasculaires, dans des populations de sujets plus jeunes, et également pour d’autres vaccins anti-COVID-19", soulignent les auteurs de l’étude. Le sérum de Pfizer BioNtech est également administré aux personnes de 18 à 54 ans, à celles de plus de 55 ans ainsi qu'aux jeunes de 12 à 17 ans. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES