• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Acariens

Fièvre, allergies, encéphalites : les tiques ne transmettent pas seulement la maladie de Lyme !

Selon l'espèce, ces acariens peuvent transmettre différentes bactéries, virus et autres agents infectieux. 

Fièvre, allergies, encéphalites : les tiques ne transmettent pas seulement la maladie de Lyme ! Nataba/istock

  • Publié le 01.07.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Il y aurait une quarantaine d’espèces de tiques différentes sur le sol français.
  • La maladie de Lyme est la pathologie la plus fréquemment transmise par ces acariens, avec environ 50 000 cas par an.
  • En cas de morsure, il faut retirer la tique au plus vite pour éviter la transmission de virus et de bactéries.

Attention lors des balades en forêt cet été ! Les tiques peuvent vous mordre. Ces petits acariens nous transmettent notamment la maladie de Lyme. Cette infection se manifeste par une plaque rouge autour de la zone piquée. Si elle est diagnostiquée et traitée à temps, il est possible d’éviter les complications : des troubles neurologiques, cutanés ou articulaires. Mais ce n’est pas le seul risque associé à une morsure de tique : elles peuvent nous transmettre différentes maladies. Dans The Conversation, Nathalie Boulanger, chercheuse et membre du centre national de référence Lyme à Strasbourg, les décrit.

Une tique, plusieurs maladies !

Le risque dépend de l’espèce de tique, par exemple, les tiques dites molles sont rarement dangereuses. Elles ne piquent presque jamais, dans ces rares cas, elles peuvent toutefois provoquer une réaction allergique, soit un choc anaphylactique potentiellement dangereux. Les tiques dures représentent un risque plus important pour l'humain. Elles transmettent des zoonoses, des maladies touchant les humains et les animaux. 

Des fièvres, des douleurs et parfois des malaises

La tique Ixodes ricinus est la plus fréquente en France. Elle est l’un des vecteurs de la maladie de Lyme, mais peut aussi provoquer une anaplasmose granulocytaire humaine. Cette pathologie se caractérise par une fièvre, des douleurs articulaires et musculaires et parfois des malaises. Les cas demeurent rares aujourd’hui et concentrés dans l’Est de la France : il y en aurait moins de dix chaque année. Cette espèce de tique est aussi à l’origine des fièvres récurrentes à tiques : ces fièvres durent généralement 3 à 5 jours et sont entrecoupées de phases de rémission plus ou moins longues. Ce symptôme peut aussi être associé à l'ehrlichiose, lorsqu’il est accompagné de douleurs musculaires. Quelle que soit la pathologie, elles sont toutes le résultat d’une bactérie et peuvent donc être soignées grâce à un traitement antibiotique. 

Des virus et des parasites 

Parfois, les tiques portent des virus. Comme celui de l’encéphalite à tique, la pathologie est rare en Europe, mais le nombre de cas augmente. Les pays les plus concernés sont situés en Europe de l’Est. Ses symptômes sont proches de ceux de la grippe, puis l’encéphalite se manifeste dans 20 à 30% des cas par un état de prostration, de délire ou d’agitation. Un vaccin existe aujourd’hui. Ces dernières années, la tique Hyalomma marginatum a fait l’objet d’une surveillance accrue car elle peut transmettre la fièvre hémorragique Crimée-Congo. Certaines tiques de cette espèce ont été détectées en Camargue et dans la région de Montpellier. 

Dans d’autres cas, les tiques peuvent être vectrices de parasites et d’agents infectieux. Les tiques Dermacentor et Rhipicephalus peuvent transmettre des rickettsioses à l’humain. Elles provoquent des maux de tête et des fièvres et sont caractérisées par l’apparition d’escarres ou de ganglions. 

Comment se protéger des tiques ? 

Les tiques ne sont pas toutes porteuses de maladies, virus ou autres agents pathogènes, mais mieux vaut prendre ses précautions en cas de morsure. Après une balade en forêt ou dans un bois, inspectez vous soigneusement pour repérer une éventuelle morsure. Si c’est le cas, il faut enlever la tique le plus rapidement possible à l’aide d’une pince à tique, vendue en pharmacie. Aucun produit ne doit être appliqué avant d’enlever l’acarien car il risquerait de régurgiter or les bactéries sont présentes dans sa salive. Après le retrait, il faut désinfecter la zone. Dans les 30 jours qui suivent, si une plaque rouge apparaît, il faut consulter immédiatement. Cela peut-être un symptôme de la maladie de Lyme. Si vous souffrez de maux de tête, de nausées ou tout autre signe, il faut également demander un avis médical. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité