• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer ORL, de l’anus et du col de l’utérus

Vaccin papillomavirus : trop peu d’hommes sont vaccinés

Aux États-Unis, seulement 16% des 18-21 ans ont reçu une dose de vaccin, contre 42% des femmes du même âge. 

Vaccin papillomavirus : trop peu d’hommes sont vaccinés LightFieldStudios/istock

  • Publié le 29.04.2021 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, la vaccination contre le papillomavirus est recommandée pour les jeunes garçons et prise en charge par l'Assurance Maladie
  • Une étude souligne la faible adhésion des jeunes hommes à cette vaccination aux Etats-Unis
  • Le papillomavirus peut être à l'origine de cancers ORL qui touchent à 80% des hommes

Depuis le 1er janvier 2021, l’Assurance maladie rembourse le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) pour les garçons. La Haute autorité de santé recommande deux injections pour les garçons et les filles entre 11 et 14 ans, avec un rattrapage possible jusqu’à 19 ans, en trois injections dans ce cas-là. Aux États-Unis, le Center for Disease Control, qui gère la santé publique dans le pays, a des recommandations similaires. Malgré cette incitation à la vaccination, les candidats sont peu nombreux. 

Une vaccination insuffisante des jeunes garçons 

Des chercheurs de l’université du Michigan ont utilisé les données d’un sondage national sur la santé pour évaluer le nombre de garçons vaccinés dans le pays. Ils estiment que seulement 16% des hommes âgés de 18 à 21 ans ont reçu au moins une dose du vaccin HPV. En comparaison, ce taux atteint 42% chez les filles du même âge. Moins d’un tiers des garçons ont reçu la totalité des doses, contre près de la moitié des filles. "Les 18-21 ans sont à cet âge de la vie où ils prennent des décisions pour leur santé, par eux-mêmes, pour la première fois, explique Michelle M. Chen, autrice de l’étude. (...) Les jeunes hommes, qui sont moins susceptibles d’avoir un médecin généraliste, ne reçoivent généralement pas d’éducation sur la santé, concernant les vaccins prévenant le cancer par exemple." 

Un vaccin qui protège des cancers 

C’est tout l’intérêt du vaccin HPV : les papillomavirus humains provoquent des infections, chez les hommes et chez les femmes, elles peuvent être éliminées naturellement par le corps, mais elles sont aussi parfois responsables de lésions potentiellement cancéreuses. Elles peuvent provoquer des cancers de l’anus ou du col de l’utérus notamment, mais aussi les cancers ORL. "Je ne suis pas sûre que beaucoup de gens, qu’il s’agisse de soignant ou de patient, savent que ce vaccin est en fait une manière de prévenir les cancers chez les hommes et les femmes", suppose Michelle M. Chen. Aux États-Unis, les HPV provoquent désormais plus de cancers ORL que de cancers du col de l’utérus, et dans 80% des cas, ce sont des hommes qui sont touchés. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES