• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Liens sociaux

Les potins, ça fait du bien !

Loin des clichés négatifs, les commérages ont certains bienfaits. Ils facilitent notamment les connexions sociales et permettent de rester informé.

Les potins, ça fait du bien ! jacoblund/iStock

  • Publié le 27.04.2021 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les potins représentent environ 14% des conversations quotidiennes.
  • En permettant d'échanger des informations avec les autres, les ragots sont un moyen de nouer des relations.

Les potins ont généralement mauvaise presse. Pourtant, des recherches antérieures ont révélé qu'ils représentent environ 14% des conversations quotidiennes et sont principalement de ton neutre. Dans une nouvelle étude, publiée le 21 avril dans la revue Current Biology, des neuroscientifiques de l’université américaine de Dartmouth suggèrent qu’ils permettent de former et consolider les liens sociaux.

Un moyen de connexion sociale 

Les ragots sont souvent mal perçus car considérés comme négatifs. “Les potins sont une forme complexe de communication qui est souvent mal comprise, avance Eshin Jolly, co-auteur de l’étude. Cela peut être un moyen de connexion sociale et substantielle au-delà de sa connotation négative typique.” Les chercheurs ont souhaité comprendre pourquoi les individus passent autant de temps à échanger des informations sur eux-mêmes et sur les autres et à quoi cela sert.

Pour comprendre le rôle des commérages, les chercheurs ont créé un jeu en ligne. Les participants ont joué 10 parties ensemble en groupes de six personnes. À chaque tour, les joueurs ont reçu 10 dollars et avaient le choix entre conserver l’argent ou investir une partie dans un fond de groupe où il est multiplié par 1,5 et divisé également entre les joueurs. L’objectif des chercheurs était d’opposer ceux qui préfèrent faire le choix égoïste de garder l'argent et ceux qui se montrent les plus coopératifs et le place dans le fond collectif. Les chercheurs ont ensuite créé certaines conditions dans lesquelles les informations étaient limitées afin que les participants ne puissent observer que le comportement de quelques autres joueurs de leur groupe. “Notre inspiration a été de créer un scénario réaliste, dans lequel vous êtes membre d'une communauté et affecté par les actions de tous les autres membres de la communauté avec lesquels vous interagissez directement”, décrit Eshin Jolly. Dans certains jeux, les joueurs pouvaient discuter en privé avec un autre joueur du groupe qui lui transmettait des informations sur le comportement des autres joueurs.

Apprendre des expériences des autres

Les chercheurs ont constaté que les ragots constituent une “communication riche et multiforme” avec plusieurs fonctions sociales. Différents types de potins sont apparus en fonction de la quantité d'informations disponibles. Les conversations spontanées à propos des autres se produisaient plus fréquemment pendant les jeux, notamment lorsque les joueurs ne pouvaient observer que le comportement de quelques membres de leur groupe. Lorsque les joueurs pouvaient observer directement tous les membres de leur groupe, ils avaient tendance à bavarder et à discuter d'un plus large éventail de sujets. Par ailleurs, les participants se sont appuyés sur les informations de leurs partenaires pour rester informés sur le comportement des autres, ce qui illustre comment les ragots permettent d'apprendre des expériences des autres lorsque l'observation directe n'est pas possible.

Les résultats ont également montré que les participants qui ont discuté entre eux se sentent plus connectés les uns avec les autres à la fin du jeu et ont plus tendance à partager des impressions similaires sur les autres joueurs de leur groupe. “En échangeant des informations avec les autres, les ragots sont un moyen de nouer des relations, constate Luke Chang, autre co-auteur de l’étude. Cela implique de la confiance et facilite un lien social qui se renforce au fur et à mesure que la communication se poursuit.” La manière d’utiliser l’argent a également évolué en fonction de la communication entre les membres du groupe. Plus celle-ci a été importante, plus la coopération collective s’est vue renforcée. 

La création d’une réalité partagée

Les ragots ne doivent pas être relégués à de simples discours de trash sans fondement, concluent les chercheurs. Les conclusions sur le rôle des potins sont cohérentes avec la création d'une réalité partagée dans laquelle amis et collègues trouvent souvent des liens communs, établissent des alliances, échangent des informations personnelles et discutent du comportement des autres pour établir un consensus sur un comportement socialement acceptable. Les ragots peuvent être utiles car ils aident les gens à apprendre à travers les expériences des autres, tout en leur permettant de se rapprocher les uns des autres dans le processus.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES