• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

In love

Contre l’alcoolisme, rien de mieux que de tomber amoureux !

L'amour permet de lutter contre la consommation addictive de l'alcool, notamment chez les étudiants. 

Contre l’alcoolisme, rien de mieux que de tomber amoureux ! Kubra Cavus / istock.

  • Publié le 23.04.2021 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La dépendance se traduit par le ressenti du manque, qui faute d’une nouvelle prise d’alcool, peut induire un syndrome de sevrage.
  • Une personne alcoolo-dépendante doit se faire aider pour réussir à arrêter.

Tomber amoureux permet d’éviter de sombrer dans l’alcoolisme, selon une nouvelle étude, prochainement publiée dans la revue Addiction.

Atténuer un traumatisme

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont concentrés sur les étudiants, car des études antérieures ont montré que les jeunes qui ont été exposés à un traumatisme sont plus susceptibles de s'engager dans une consommation d'alcool à risque. Pourtant, tous les étudiants traumatisés ne font pas nécessairement un usage abusif de l'alcool, ce qui soulève des questions sur les facteurs susceptibles de jouer un rôle dans l'interaction entre le traumatisme et la consommation d'alcool.

Partant de ces postulats, les scientifiques ont analysé l’association entre trois aspects des relations amoureuses - le statut de la relation, la satisfaction amoureuse et la consommation d'alcool du partenaire – et la consommation d’alcool des étudiants. Bilan : les relations amoureuses épanouies atténuaient nettement les effets négatifs d'un traumatisme sur la consommation d'alcool chez les étudiants.

Mieux comprendre les facteurs de risque de l'alcoolisme

"Ces résultats sont importants, car ils permettent d'élucider la manière dont les relations amoureuses peuvent améliorer ou compromettre les habitudes sanitaires, notamment en ce qui concerne la consommation d'alcool", a déclaré l'autrice de la recherche Rebecca Smith, doctorante au département de psychologie du College of Humanities and Sciences. "Une meilleure compréhension de la façon dont les relations sociales peuvent influencer les comportements sanitaires pourrait encourager les gens à considérer plus attentivement les personnes avec lesquelles ils passent du temps. En outre, ces résultats nous aident à mieux comprendre les facteurs de risque et de protection liés à la consommation d'alcool tout au long de la vie, ce qui peut être utilisé dans les programmes de prévention et de soins", conclut la scientifique.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité