• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer de la peau

Mélanome : dépister tôt et maintenir le suivi des familles à risque

Les personnes qui ont un risque héréditaire élevé de mélanome devraient recevoir un dépistage précoce de ce cancer de la peau.

Mélanome : dépister tôt et maintenir le suivi des familles à risque thodonal/iStock

  • Publié le 06.04.2021 à 13h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Environ 10% des personnes présentant un mélanome ont des antécédents familiaux.
  • Le risque de développer ce cancer de la peau est entre deux à trois fois plus élevé pour ceux qui ont un parent proche malade.
  • Dépister tôt le mélanome permet d'en réduire la taille.

Le mélanome est l’un des principaux cancers de la peau. Chaque année, ce sont environ 15 000 nouveaux cas qui sont diagnostiqués. Une détection précoce permet de les traiter efficacement grâce à la chirurgie et, depuis quelques années, l’immunothérapie. Récemment, des chercheurs ont identifié le gène qui génère une résistance chez certains patients à ce mode de traitement, permettant d’en améliorer l’efficacité. Dans une nouvelle étude, des scientifiques américains ont suggéré que chez les familles à haut risque héréditaire, ceux qui ont reçu un dépistage de routine précoce et une éducation sur les auto-examens de la peau ont des chances de réussite des traitements significativement plus importants pour réduire la taille des mélanomes. Les résultats ont été publiés dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention le 2 avril dernier.

Une cohorte suivie depuis 1976

Environ 10% des personnes présentant un mélanome ont des antécédents familiaux. Le risque de développer ce cancer de la peau est entre deux à trois fois plus élevé pour ceux qui ont un parent proche – père, mère, frère, sœur ou enfants – malade.  “Ces personnes comprennent des membres de familles à risque, catégorisées comme ayant au moins deux proches qui ont eu un, et celles avec des variantes génétiques pathogènes héritées qui augmentent le risque”, détaille Michael Sargen, dermatologue, chercheur à la Division épidémiologie et génétique au National Cancer Institute et auteur principal de l’étude. Si la nécessité d’un dépistage précoce est connue, “l’intérêt du dépistage dans les familles sujettes au mélanome n’a jamais été quantifié”, précise-t-il.

Pour mieux comprendre si le dépistage et l'éducation aux techniques d’auto-examens de la peau parmi les familles sujettes à ce cancer de la peau permettent des détections précoces, les chercheurs ont examiné les données de l'étude NCI Familial Melanoma. Cette dernière a été lancée en 1976 pour étudier les facteurs de risque héréditaires et environnementaux de la maladie. “Lors de l'inscription et au cours de l’étude, les participants ont reçu un dépistage sur tout le corps, des photographies du corps entier avec des gros plans de grains de beauté potentiellement problématiques, des informations sur l'apparence du mélanome et des stratégies pour protéger leur peau des ultraviolets (UV)”, a décrit Michael Sargen. Les participants ont également été invités à faire un suivi annuel avec leur dermatologue local pour faire des examens de dépistage de tout leur corps. 

Maintenir une surveillance à long terme

Pour évaluer le succès de l'étude, les chercheurs ont comparé les différences d'épaisseur du mélanome et le stade de la tumeur entre les participants diagnostiqués avant et après le recrutement. “L'épaisseur de la tumeur, ou la profondeur à laquelle la tumeur se développe sous la surface de la peau, est associée à un risque accru de décès”, rappelle le dermatologue. Au total, parmi les volontaires, il y a eu 293 cas sur un total de 79 530 personnes suivies, parmi lesquelles 246 personnes avaient déjà un mélanome au début de l’étude tandis que 47 en ont développé un pendant la période de suivi.

Les chercheurs ont constaté que ceux qui ont découvert leur cancer de la peau au cours de l’étude présenté des mélanomes significativement plus minces que ceux qui en avaient déjà un - 0,6 mm contre 1,1 mm. Une tendance qui s’est confirmée lorsque les chercheurs ont comparé ces résultats à ceux de toute la population alors que depuis 1973, avec l’amélioration des diagnostics, une baisse générale de la taille des mélanomes est observable. “Cela suggère que la tendance à la baisse de l'épaisseur observée dans la population n'explique pas pleinement les réductions d'épaisseur observées dans les familles à risque et qu'une surveillance à long terme peut aider à diagnostiquer plus tôt la maladie dans les populations à haut risque”, estime Michael Sargen.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité