• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Grossesse

Tumeur, mutations semblables à celles du cancer : les surprises de l’architecture génomique du placenta

Dans une étude inédite de l’architecture génomique du placenta, des chercheurs ont remarqué que cet organe abritait des aberrations génétiques, ce qui permet au fœtus de grandir normalement, puis de naître.

Tumeur, mutations semblables à celles du cancer : les surprises de l’architecture génomique du placenta bluebay2014/iStock

  • Publié le 12.03.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Durant la grossesse, le placenta joue le rôle du protecteur du foetus en le protégeant d'un certain nombre d'erreurs et mutations génétiques.
  • Certaines mutations génétiques détectées dans le foetus sont les mêmes que celles que l'on trouve dans des cancers infantiles.
  • Même si la robustesse génétique du placenta est certaine, les mutations qu'il abrite peuvent aussi avoir un impact sur le développement du foetus, notamment en occasionnant un retard de croissance ou la mort in utero.

Le placenta est-il une "décharge" pour les défauts génétiques, afin de permettre au fœtus d’être viable ? C’est ce qu’avancent des chercheurs du Wellcome Sanger Institute, de l'université de Cambridge, en Angleterre.

Dans cette toute première étude portant sur l’architecture génomique du placenta humain, les scientifiques confirment que la structure normale du placenta est différente de celle de tout autre organe humain et ressemble en réalité à celle d'une tumeur, abritant un grand nombre des mêmes mutations génétiques que celles que l'on trouve dans les cancers infantiles. Leurs travaux, qui permettent de mieux comprendre des problèmes tels que la naissance prématurée et la mortinaissance (mort in utero après 20 semaines de gestation), viennent d’être publiés dans la revue Nature.

De placenta, berceau de multiples mutations génétiques

On sait depuis longtemps que le placenta est différent des autres organes humains. Par exemple, dans 1 à 2 % des grossesses, certaines cellules placentaires ont un nombre de chromosomes différent de celui des cellules du fœtus. Ce défaut génétique devrait a priori être fatal au fœtus, mais reste souvent cantonné au placenta.

Malgré cette robustesse génétique, les problèmes du placenta sont une cause majeure de préjudice pour la mère et l'enfant à naître, comme un retard de croissance ou même une mortinaissance.

Dans le cadre de ces nouveaux travaux, les chercheurs ont procédé au séquençage du génome entier de 86 biopsies et 106 microdissections de 42 placentas. Ils ont alors découvert que chacune de ces biopsies était une "expansion clonale" génétiquement distincte - une population de cellules descendant d'un seul ancêtre commun - ce qui indique un parallèle évident entre la formation du placenta humain et le développement d'un cancer.

L'analyse a également permis d'identifier des schémas spécifiques de mutation que l'on retrouve fréquemment dans les cancers de l'enfant, tels que le neuroblastome et le rhabdomyosarcome, avec un nombre encore plus élevé de ces mutations dans le placenta que dans les cancers eux-mêmes.

"Le Far West du génome humain"

"Notre étude confirme pour la première fois que le placenta est organisé différemment de tous les autres organes humains et qu'il ressemble en fait à un patchwork de tumeurs, explique le professeur Steve Charnock-Jones, l'un des principaux auteurs de l'étude. Les taux et les schémas de mutations génétiques étaient également incroyablement élevés par rapport aux autres tissus humains sains."

L'équipe a notamment analysé des défauts génétiques majeurs au niveau du chromosome 10. "Il était fascinant d'observer comment un défaut génétique aussi grave qu'une erreur de nombre de copies chromosomiques a été corrigé par le bébé mais pas par le placenta. Cette erreur aurait été présente dans l'ovule fécondé. Pourtant, les populations de cellules dérivées, et surtout celles qui ont formé l'enfant, présentaient le nombre correct de copies du chromosome 10, alors que certaines parties du placenta n'ont pas effectué cette correction. Le placenta a également fourni un indice que le bébé avait hérité des deux copies du chromosome d'un parent, ce qui peut lui-même être associé à des problèmes", relève le Pr Gordon Smith, co-auteur principal.

Pour le Dr Sam Behjati, l'un des principaux auteurs de l'étude, "le placenta est un peu le 'Far West' du génome humain, dont la structure est complètement différente de celle de tout autre tissu humain sain. Il contribue à nous protéger des failles de notre code génétique, mais il reste également un lourd fardeau de maladies associées au placenta".

L’équipe de recherche souhaite désormais utiliser ces découvertes pour découvrir les causes des complications et des maladies qui surviennent pendant la grossesse.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité