• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Covid-19 : ce que révèlent les requêtes sur Internet de l’évolution de notre état d'esprit

Des chercheurs se sont penchés sur les mots les plus recherchés sur Internet depuis le début de l’épidémie de Covid-19. De "levain" à "sacrifice", en passant par le mot "mort" : ces requêtes en disent beaucoup sur l’évolution de notre état d’esprit.

Covid-19 : ce que révèlent les requêtes sur Internet de l’évolution de notre état d'esprit fizkes/iStock

  • Publié le 21.02.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Depuis mars 2020, les chercheurs ont constaté une explosion du nombre de certaines requêtes sur Internet
  • Elles traduisent les changements d'état d'esprit et de comportement liés à l'épidémie de Covid-19
  • Elles expriment la priorité donnée à la solidarité, à la vie simple, au retour vers l'essentiel ... et la peur de la mort

Depuis le mois de mars 2020, notre état d’esprit et nos comportements en ligne face à l’épidémie de Covid-19 ont beaucoup changé. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil aux requêtes les plus tapées sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux.

C’est en tout cas ce qu’ont fait des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) et de l’université d’Harvard. Dans un article publié dans un numéro spécial de la revue Human Behavior and Emerging Technologies consacré à la pandémie, ils expliquent comment l’étude des mots que nous tapons sur Internet en dit long sur notre changement de psychologie et sur l’évolution de nos valeurs.

S’entraider

Premier constat : la pandémie a entraîné une recrudescence des valeurs communautaires et de l’entraide. Ainsi l’utilisation du mot "help" ("aide" en anglais) a augmenté de 37 % sur Twitter après le 13 mars 2020, tandis que l'utilisation du mot "share" ("partage") a augmenté de 24%.

L’utilisation du mot "sacrifice", "complètement absent de la culture américaine avant la Covid" a aussi bondi. Selon les auteurs de l’étude, ce changement montre que les Américains accordent plus de valeur au bien-être des autres, même si cela signifie mettre leur propre vie en danger. Un exemple est la volonté des gens de participer aux grandes manifestations de Black Lives Matter, même en pleine pandémie, explique Noah Evers, étudiant en psychologie à Harvard et auteur principal de l'étude.

Se recentrer sur l’essentiel

Le confinement a aussi eu un impact sur notre façon d’aborder notre quotidien et sur notre envie de revenir à une vie plus simple, axée sur l’essentiel, montrent les requêtes tapées sur Internet. Ainsi, l'utilisation de mots faisant référence aux besoins fondamentaux en matière d'alimentation, de vêtements et de logement a augmenté de manière significative dans les recherches sur Google, Twitter, les forums Internet et les blogs. Par exemple, les recherches sur Google ont augmenté de 344 % pour "cultiver des légumes" et de 207 % pour "machine à coudre".

Mais le mot qui a connu la plus forte utilisation pendant la pandémie est "levain", signe que la fabrication du pain est devenue une activité très prisée pendant le confinement. Les recherches sur Google pour le "levain" ont augmenté de 384 % après le début de la pandémie, et les mentions sur Twitter ont grimpé de 460 %. La "cuisson du pain" a également connu une forte hausse : de 265% sur Google et de 453 % sur Twitter.

La mort devient omniprésente

L'activité sur Internet a également révélé une augmentation spectaculaire des préoccupations des gens concernant la mort et le deuil. Après le 13 mars, lorsque le nombre de morts a commencé à augmenter de façon spectaculaire, les activités de recherche pour le mot "survivre" ont augmenté de 47 %, pour les "cimetières" de 41 %, pour "l'enterrement" de 23 % et pour "la mort" de 21 %.

Et pendant les 10 semaines qui ont suivi la déclaration d'urgence du président Donald Trump, l'expression "peur de la mort" a été mentionnée 115 % de plus sur Twitter que pendant les 10 semaines précédentes. "La mort est passée de quelque chose de tabou à quelque chose de réel et d'inévitable", analyse Noah Evers.

Des changements pérennes ?

Reste désormais à savoir quelle sera la durée de ces changements. Pour les chercheurs, il est fort probable que ces tendances comportementales s'inversent à mesure que la menace de la Covid-19 s'éloignera et que les Américains se sentent plus prospères et plus sûrs. Toutefois, en se basant sur les conséquences de la Grande Récession de 2007 à 2009, ils prédisent que les changements seront plus durables pour les adolescents américains et les personnes dans la vingtaine, dont les valeurs sont plus susceptibles d'être façonnées par la pandémie. "Cela signifie peut-être que les jeunes d'aujourd'hui créeront à l'avenir un pays plus enclin au partage et à l'aide aux autres, ou simplement que la cuisson du pain au levain aura toujours une place particulière dans nos cœurs."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité