• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

In utero

Grossesse : boire du café n'est pas sans risque pour le bébé

La caféine consommée pendant la grossesse peut modifier d'importantes voies cérébrales qui entraînent chez les enfants des troubles neurologiques plus tard dans la vie.

Grossesse : boire du café n'est pas sans risque pour le bébé Antonio_Diaz/iStock

  • Publié le 10.02.2021 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le café consommé par la femme enceinte peut entraîner des troubles de l'attention et de l'hyperactivité chez l'enfant plus tard dans la vie.
  • Le fœtus ne possède pas l'enzyme nécessaire pour décomposer la caféine lorsqu'il traverse le placenta.
  • L'OMS recommande que les femmes enceintes ne consomment pas plus de 300 mg de caféine par jour, soit 3 tasses de café filtre.

Café et grossesse ne font pas bon ménage. Une nouvelle recherche révèle que la caféine consommée pendant la grossesse peut modifier d'importantes voies cérébrales qui pourraient entraîner des problèmes de comportement plus tard dans la vie. Des chercheurs américains de l’université de Rochester ont analysé des milliers d’imageries cérébrales d'enfants âgés de neuf et dix ans. Les résultats ont révélé des changements dans la structure du cerveau des enfants exposés à la caféine in utero. Les résultats sont parus le 30 janvier dans la revue Neuropharmacology.

Troubles de l’attention et hyperactivité

Les effets de la caféine in utero sur le bébé ne sont pas dramatiques mais peuvent nuire à son développement. L’une des raisons principales des mauvais effets de la caféine sur l’enfant in utero est qu'un fœtus ne possède pas l'enzyme nécessaire pour décomposer la caféine lorsqu'elle traverse le placenta. “Ce sont en quelque sorte de petits effets et cela ne provoque pas d'horribles troubles psychiatriques mais cela provoque des problèmes de comportement minimes mais visibles qui devraient nous amener à considérer les effets à long terme de la consommation de caféine pendant la grossesse, estime John Foxe, neuroscientifique et chercheur principal de l’étude. Je suppose que le résultat de cette étude sera une recommandation selon laquelle boire du café pendant la grossesse n'est probablement pas une si bonne idée.”

Les troubles de l'attention et l’hyperactivité sont les conséquences les plus notables de la consommation de café de la mère enceinte sur son enfant. “Ce qui rend cela unique, c'est que nous avons une voie biologique qui semble différente lorsque vous consommez de la caféine pendant la grossesse, décrit Zachary Christensen, premier auteur de l’article. Des études antérieures ont montré que les enfants fonctionnent différemment aux tests de QI ou qu'ils ont une psychopathologie différente mais cela pourrait aussi être lié à la démographie. Il est donc difficile d'analyser cela sans biomarqueur. Cela nous donne un point de départ pour des recherches futures pour essayer de savoir exactement quand le changement se produit dans le cerveau.”

Pas plus de 3 tasses par jour selon l’OMS

Pour l’étude, les chercheurs ont analysé les scintigraphies cérébrales de plus de 9 000 participants. Ils ont constaté des changements dans la façon dont les traces de substances blanches, celles qui permettent les connexions entre les différentes régions du cerveau, sont organisées chez les enfants dont la mère a consommé du café alors qu’elle est enceinte. “Il est important de souligner qu'il s'agit d'une étude rétrospective, rappelle John Foxe. Nous comptons sur les mères pour se souvenir de la quantité de caféine qu'elles ont ingérée pendant leur grossesse.” 

Le café peut également être mauvais pour la mère. Il peut aggraver les maux fréquents de la grossesse tels que les brûlures d’estomac et les troubles du sommeil. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande que les femmes enceintes ne consomment pas plus de 300 mg de caféine par jour, soit 3 tasses de café filtre. “À long terme, nous espérons développer de meilleures orientations pour les mères mais en attendant, elles devraient demander à leur médecin si des inquiétudes surviennent”, conclut Zachary Christensen.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité