• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Diagnostic

Cancer de l’œsophage : l’observation des bactéries buccales permet une détection précoce

La présence de certains agents pathogènes dans la bouche serait le signe du développement d’un cancer de l’œsophage.

Cancer de l’œsophage : l’observation des bactéries buccales permet une détection précoce Ocskaymark/iStock

  • Publié le 22.01.2021 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les patients cancéreux ont des taux significativement plus élevés de tabagisme et de consommation d'alcool et un mauvais état des gencives.
  • Une prévalence accrue de deux bactéries spécifiques (Streptococcus anginosus et Tannerella forsythia) dans la plaque dentaire et une dans la salive (Aggregatibacter actinomycetemcomitans) sont associées à un risque élevé de cancer de l'œsophage.

Le cancer de l’œsophage est le sixième cancer le plus meurtrier, la faute à un diagnostic souvent tardif qui diminue les chances de guérison. L’analyse des bactéries buccales pourraient permettre de résoudre une partie de ce problème, révèlent des chercheurs japonais de la Tokyo Medical and Dental University (TMDU). Dans une étude parue le 6 novembre dans la revue Cancer, ils avancent que la présence en grande quantité de certains agents pathogènes buccaux est le signe de développement d’un cancer de l’œsophage.

Les agents pathogènes plus présents dans la plaque dentaire que dans la salive

Pour explorer les caractéristiques de la communauté bactérienne buccale chez les patients atteints d'un cancer de l'œsophage, les chercheurs ont prélevé des échantillons de plaque dentaire et de salive chez 61 patients atteints de cette maladie. Ils les ont comparés à ceux de 62 témoins sains. À l'aide d'une technique appelée réaction en chaîne par polymérase en temps réel, les chercheurs ont examiné l'ADN extrait des échantillons de plaque et de salive pour déterminer l'abondance de sept pathogènes parodontaux courants dans la population bactérienne. 

Les résultats ont montré que les patients cancéreux ont des taux significativement plus élevés de tabagisme et de consommation d'alcool et un mauvais état des gencives. “Fait intéressant, cinq des sept agents pathogènes étaient plus abondants dans la plaque dentaire des patients cancéreux que dans les témoins sains, le taux de détection de six des sept agents pathogènes étant significativement plus élevé chez les patients cancéreux, révèle l'auteur principal, Satoshi Miyake. D'un autre côté, seuls deux des sept agents pathogènes, Aggregatibacter actinomycetemcomitans et Streptococcus anginosus, étaient plus abondants dans la salive de patients cancéreux.”

Une consommation d’alcool élevée

Les chercheurs ont déterminé qu'une prévalence accrue de deux bactéries spécifiques (Streptococcus anginosus et Tannerella forsythia) dans la plaque dentaire et une dans la salive (Aggregatibacter actinomycetemcomitans) sont associées à un risque élevé de cancer de l'œsophage. À cela s’ajoute une consommation d’alcool élevée. “Les résultats de l'étude sont une indication intéressante du potentiel diagnostique des bactéries buccales dans le cancer de l'œsophage et pourraient constituer la base de futures méthodes de dépistage”, ont conclu les chercheurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES