• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépression

Les troubles dépressifs récurrents modifient les composants de notre métabolisme

Les personnes souffrant de troubles dépressifs récurrents possèdent des marqueurs sur des métabolites différents de la population générale. Grâce à une prise de sang, il est possible de détecter avec 90% de précisions les signes avant-coureurs des troubles dépressifs récurrents.

Les troubles dépressifs récurrents modifient les composants de notre métabolisme iStockphoto.com/Tadamichi

  • Publié le 19.01.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les personnes atteintes de troubles dépressifs récurrents ont des marqueurs différents sur leurs métaboliques.
  • En étudiant ces marqueurs, il est possible de prédire si une personne souffrira de dépression avec une précision de 90%.
  • Selon les chercheurs, 20,6% de la population aux Etats-Unis connaîtra un épisode dépressif au cours de sa vie.

Des chercheurs de l’université de Californie à San Diego (Etats-Unis) ont découvert que certains métabolites pouvaient servir d’indicateur pour prédire les risques de troubles dépressifs récurrents chez certaines personnes. Les résultats de cette étude ont été publiés le 11 janvier 2021 dans la revue Translational Psychiatry.

Un trouble qui concerne une personne sur cinq aux Etats-Unis

Le trouble dépressif récurrent se manifeste par un sentiment de tristesse ou de désespoir, de colère ou de frustration, et s’accompagne d’une perte d’intérêts pour les sujets du quotidien, des troubles du sommeil, de l’anxiété et un ralentissement de la pensée. Dans certains cas, il est possible qu’il soit associé à des pensées suicidaires ainsi que par des problèmes physiques inexpliqués, tels que des douleurs dorsales ou des maux de tête. Selon les chercheurs, le trouble dépressif récurrent est la maladie mentale la plus courante aux Etats-Unis, qui touchera 20,6% de la population au cours d’une vie. 

Afin de comprendre les ressorts de cette maladie, les chercheurs ont recruté 68 personnes atteintes de troubles dépressifs récurrents, qui étaient sur le chemin de la rémission sans utiliser d’antidépresseurs. Ce groupe a été comparé à 59 patients “normaux” mentalement, afin de servir de groupe contrôle. Après un prélèvement de sang réalisé chez les patients en rémission, les chercheurs les ont suivis pendant deux ans et demi. 

D’après les résultats, une signature métabolique trouvée lorsque les patients étaient en bonne santé pouvait prédire lesquels d’entre eux étaient les plus susceptibles de rechuter jusqu'à deux ans et demi dans le futur, avec une précision de plus de 90 %. L’analyse du sang a montré que les marqueurs les plus prédictifs se trouvaient dans les lipides et dans les purines, une molécule azotée que l’on retrouve dans l’ADN. L’un des rôles des purines est d’assurer la communication des cellules en cas situation de stress, ce que l’on appelle la signalisation purinergique. 

Des perturbations dans les métabolites

Chez les personnes atteintes de troubles dépressifs récurrents, les modifications des métabolites entrainent des altérations fondamentales d'importantes activités cellulaires. “Les résultats ont révélé une signature biochimique sous-jacente dans le trouble dépressif récurrent qui distingue les patients diagnostiqués des témoins sains, explique Robert Naviaux, professeur de médecine, de pédiatrie et de pathologie à la faculté de médecine de l'université de San Diego. Ces différences ne sont pas visibles par une évaluation clinique ordinaire, mais suggèrent que l'utilisation de la métabolomique — l’étude biologique des métabolites — pourrait être un nouvel outil pour prédire quels patients sont les plus vulnérables à une récurrence des symptômes dépressifs.”

Dans leurs conclusions, les chercheurs indiquent que leurs premières conclusions doivent être validées dans une étude plus large portant sur au moins 198 femmes et 198 hommes (99 cas et 99 témoins chacun). 

https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/56-Depression-une-maladie-du-cerveau-et-de-la-pensee

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité