Publicité

QUESTION D'ACTU

Expérience in vitro

Un mini-cerveau créé avec des cellules souches de peau

Des chercheurs autrichiens ont mis au point in vitro du tissu cérébral embryonnaire. Un outil précieux pour l’étude des maladies du cerveau.

Un mini-cerveau créé avec des cellules souches de peau Sang Tan/AP/SIPA

  • Publié 01.09.2013 à 13h09
  • |
  • |
  • |
  • |


L’équipe autrichienne qui publie ses travaux dans la revue scientifique Nature ne parle pas de mini-cerveau mais d’organoïdes cérébraux. Autrement dit, des amas de quelques millimètres de cellules organisées en trois dimensions comme le tissu cérébral des embryons humains au cours des premiers mois de leur développement. Ces chercheurs ont donc réussi à mettre au point in vitro du tissu cérébral humain à partir de cellules souches pluripotentes issues de la peau. Ces cellules, capables d’évoluer pour donner n’importe quelle cellule du corps humain, se sont différenciées en cellules nerveuses et se sont auto-organisées en petits amas de tissu cérébral. Dénués de circulation sanguine, ces cerveaux embryonnaires ont survécu quelques mois dans un bioréacteur leur apportant l’oxygène et les nutriments nécessaires.

Un outil de compréhension et d’observation

Pour Juergen Knoblich, membre de l'Académie des Sciences autrichienne qui a coordonné ce travail, l’idée n’est pas de parvenir un jour à créer un cerveau in vitro. L’extrême complexité de cet organe rend probablement la tâche impossible. Même la fabrication en laboratoire de tissu qui serait utilisé pour remplacer une région lésée d’un cerveau humain malade relève encore de la fiction. Pour l’heure, les chercheurs se félicitent déjà d’avoir mis au point un outil recréant sous leurs yeux les premières étapes de la formation du cortex humain. Ce tissu embryonnaire permet d’observer la différenciation des neurones et en particulier de mieux comprendre ce qui se passe lorsqu’elle est anormale, c’est le cas par exemple des personnes souffrant de microcéphalie dont le cerveau reste de petite taille.

L'équipe espère également que cette méthode permettra aux chercheurs de tester des médicaments potentiels directement sur du tissu cérébral humain et d'obtenir des résultats plus rapidement transférables aux patients.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité