• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Addictions

Faire du sport n’empêche pas de boire ou de prendre de la drogue, mais retarde la première fois

Lorsqu’elle est exercée régulièrement, l’activité physique permet de ne pas succomber aussi facilement qu’une personne sédentaire à diverses addictions. En revanche, ces effets s’estompent avec le temps.

Faire du sport n’empêche pas de boire ou de prendre de la drogue, mais retarde la première fois iStockphoto.com/Bernardbodo

  • Publié le 19.12.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le sport retarde l'initiation à la drogue ou à l'alcool par rapport aux personnes sédentaires.
  • A long terme, les effets s'estompent et les personnes cèdent plus facilement.

Il est essentiel de faire du sport pour être en bonne santé. Pour autant, le sport peut-il empêcher des personnes de succomber à des addictions comme l’alcool ou la drogue? De précédentes études avaient déjà montré que la consommation d'alcool augmentait pendant les périodes de confinement, tandis que l'exercice physique diminuait. C’est que cette base que se sont appuyés des chercheurs de l’université de Plymouth (Royaume-Uni) afin de savoir si une activité physique accrue pourrait contribuer à réduire la consommation excessive d'alcool et de drogues après la levée du confinement. Cette forte consommation peut amener à des maladies mentales telles que la dépression ou l’anxiété. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Mental Health and Physical Activity.

Pour bien comprendre ce mécanisme, les équipes de recherche ont procédé à deux expériences distinctes. Dans la première, les chercheurs ont compris que l’activité physique permettait de prévenir l'initiation à l'alcool mais pas sa consommation. Même en étant rigoureux, sur le long terme, son effet sur la consommation devenait insuffisant. 

Sport et addictions

Dans le deuxième, ils ont voulu voir avec des données qualitatives l'opinion des gens sur l'activité physique dans la réduction ou l'abstention de la consommation d'alcool ou de substances. Grâce à ces informations, ils ont pu déterminer que l'activité physique était utilisée par les consommateurs réguliers d'alcool et d'autres substances pour gérer leur consommation.

Par le passé, les membres de l'équipe de recherche ont visité des centres de traitement au Canada, aux États-Unis et en Belgique, où des installations d'exercice sont utilisées pour favoriser la récupération.

On sait que l'activité physique est importante pour notre santé et notre bien-être, mais la question de savoir si elle contribue à réduire la consommation de drogue et d'alcool — et, si oui, dans quelle mesure et quels facteurs nous devons prendre en compte — n'est pas un domaine qui a été suffisamment bien exploré”, indique  Tom Thompson, chercheur à l'université de Plymouth. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité