• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Déclin cognitif

Alzheimer : du vin et du fromage pour réduire le risque ?

Une modification du régime alimentaire, incluant plus de vin et de fromage, permettrait de réduire le déclin cognitif. 

Alzheimer : du vin et du fromage pour réduire le risque ? 5PH/iStock

  • Publié le 11.12.2020 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le fromage, de loin, s'est avéré être l'aliment le plus protecteur contre les problèmes cognitifs liés à l'âge, même tard dans la vie.
  • Le vin rouge et l'agneau sont liés à des améliorations de la fonction cognitive.
  • Les tests de mémoire verbale de quatre semaines ont prédit le déclin cognitif de personnes âgées en bonne santé mieux que les tests cliniques de mémoire de référence.

C’est une bonne nouvelle pour les Français. Une étude américaine, publiée dans le numéro de novembre 2020 du Journal of Alzheimer's Disease, révèle qu’un régime alimentaire comprenant du vin et du fromage permet de réduire le déclin cognitif. L'étude est une analyse à grande échelle unique en son genre qui relie des aliments spécifiques à l'acuité cognitive plus tard dans la vie.

Du fromage, du vin rouge et de l’agneau

Les chercheurs de l’université Iowa State ont analysé les données collectées auprès de 1 787 adultes de 46 à 77 ans au Royaume-Uni. Chacun des participants a complété un test d'intelligence fluide (FIT) entre 2006 et 2010 puis deux évaluations de suivi, menées de 2012 à 2013 et à nouveau entre 2015 et 2016. L'analyse FIT fournit un instantané de la capacité d'un individu à “penser à la volée”, précisent les chercheurs. Les participants ont également répondu à des questions sur leur consommation d'aliments et d'alcool au départ et à travers deux évaluations de suivi.

Le fromage, de loin, s'est avéré être l'aliment le plus protecteur contre les problèmes cognitifs liés à l'âge, même tard dans la vie. La consommation quotidienne d'alcool, en particulier de vin rouge, est liée à des améliorations de la fonction cognitive. Il a été démontré que la consommation hebdomadaire d'agneau, mais pas d'autres viandes rouges, améliore les performances cognitives à long terme. Une consommation excessive de sel, en revanche, est mauvaise mais seules les personnes déjà à risque d'Alzheimer peuvent avoir besoin de surveiller leur consommation pour éviter des problèmes cognitifs au fil du temps.

En fonction des facteurs génétiques que vous portez, certaines personnes semblent être plus protégées des effets d'Alzheimer, tandis que d'autres semblent être plus à risque, poursuit Brandon Klinedinst, l’un des auteurs de l’étude. Cela dit, je crois que les bons choix alimentaires peuvent prévenir la maladie et le déclin cognitif. Peut-être que la solution miracle que nous recherchons est d'améliorer notre façon de manger. Savoir ce que cela implique contribue à une meilleure compréhension d'Alzheimer et à mettre cette maladie dans une trajectoire inverse.”

Des tests plus long président mieux la capacité à conserver des souvenirs

Et justement, pour faire reculer la maladie, une piste consiste à la repérer le plus tôt possible pour pouvoir agir sur les fonctions cognitives. Des chercheurs britanniques suggèrent que tester la mémoire des gens pendant quatre semaines pourrait identifier qui est le plus à risque de développer Alzheimer avant que la maladie ne se développe. L'étude, dirigée par des chercheurs de l'Université de Bristol et publiée le 28 septembre dans Alzheimer's Research and Therapy, a également révélé que le test de la capacité des personnes à conserver leurs souvenirs pendant de plus longues périodes prédit cela plus précisément que les tests de mémoire classiques, qui testent la mémoire sur une demi-heure.

Pour mener leurs recherches, les scientifiques ont recruté 46 six personnes âgées cognitivement saines, avec une moyenne d’âge de 70,7 ans. Les participants ont effectué trois tâches de mémoire sur lesquelles le rappel retardé a été testé après 30 minutes et quatre semaines, ainsi que le test Addenbrooke's Cognitive Examination III (ACE-III) - un test couramment utilisé pour détecter les troubles cognitifs - et une IRM cérébrale. Le test ACE-III a été répété après 12 mois pour évaluer le changement des capacités cognitives.

Dépister plus tôt la maladie

Les résultats ont révélé que la mémoire de 15 des 46 participants a diminué au cours de l'année et que les tests de mémoire verbale de quatre semaines ont prédit le déclin cognitif de ces personnes âgées en bonne santé mieux que les tests cliniques de mémoire de référence. La prédiction a été rendue encore plus précise en combinant le score du test de mémoire de quatre semaines avec des informations de l’IRM qui montre la taille d'une partie du cerveau responsable de la mémoire, endommagée par Alzheimer.

Tester le rappel de la mémoire à long terme pourrait permettre une détection plus précoce d'Alzheimer. “Notre étude montre des preuves d'un outil de dépistage peu coûteux et rapide à administrer qui pourrait être utilisé pour identifier le très les premiers signes de la maladie d'Alzheimer, poursuit le Dr Alfie Wearn, associé de recherche à la Bristol Medical School: Translational Health Sciences (THS) et co-auteur de l’étude. Cela pourrait également accélérer directement le développement de thérapies efficaces contre la maladie d'Alzheimer et permettre un traitement plus précoce lorsque de telles thérapies sont disponibles.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité