Publicité

QUESTION D'ACTU

Cannabis, cocaïne, héroïne, amphétamines

Drogues dans le monde : un fléau pour les hommes jeunes

Les drogues ont été responsables de 78 000 décès dans le monde en 2010. Et selon une étude internationale consacrée aux conséquences sanitaires de l’usage de drogues, les principales victimes sont des hommes entre 20 et 29 ans. 

Drogues dans le monde : un fléau pour les hommes jeunes KRUPPA/CARO FOTOS/SIPA

  • Publié 29.08.2013 à 16h24
  • |
  • |
  • |
  • |


Quel est l’impact sanitaire des drogues à l’échelle de la planète ? C’est à cette question que tente de répondre pour la première fois une étude publiée dans le journal médical The Lancet. Cette équipe australo-américaine a concentré son analyse sur les 4 catégories majeures de drogues illicites : les amphétamines, le cannabis, la cocaïne et les opioïdes, la famille de l’héroïne. A elles quatre, ces drogues ont été directement responsables de 78 000 décès dans le monde en 2010 et les maladies et handicaps qu’elles engendrent ont augmenté de plus de 50% entre 1990 et 2010. Et selon les auteurs de l’étude, c’est la hausse du nombre de consommateurs, notamment d’héroïne, qui explique une large part de cette augmentation.     


Le cannabis est la drogue la plus consommée

L’Asie concentre la plus grande part des personnes dépendantes aux amphétamines tandis que la cocaïne fait plutôt des ravages en Amérique du Nord et en Amérique Latine et l’héroïne en Europe de l’Est. Le cannabis en revanche est la drogue illicite la plus répandue, consommée partout sur la planète.


Les hommes jeunes sont les principales victimes 

Pas de parité dans les addictions, la dépendance aux drogues est très majoritairement masculine. 64% des accros au cannabis ou aux amphétamines et 70% des addicts à l’héroïne ou à la cocaïne sont des hommes. Parmi eux, c’est la tranche d’âge des 20-29 ans qui paye le plus lourd tribut, qu’il s’agisse de décès ou de conséquences néfastes pour la santé.


L’alcool et le tabac tuent 10 fois plus

Ce premier panorama mondial des consommations de drogues souligne, selon les auteurs, l’importance de développer la prévention partout sur la planète. Face à la dépendance à la cocaïne ou aux amphétamines, les chercheurs reconnaissent que le corps médical est plutôt démuni. En revanche, « la dépendance à l’héroïne et la consommation de drogues injectables, qui représentent un fardeau mondial important, pourraient être évitées en multipliant les programmes de distribution d’aiguilles et de seringues, les traitements de substitution et les traitements contre les virus véhiculés par le sang (VIH et hépatites B et C) », préconise le Pr Louisa Degenhardt, la coordinatrice australienne de l’étude. Mais ils rappellent également que si l’héroïne ou la cocaïne sont des drogues meurtrières, l’ensemble des drogues illicites ne sont responsables que de 1% des décès à l’échelle du monde. C’est au tabac et à l’alcool, qui bénéficient pourtant d’une image beaucoup moins violente, que l’on peut attribuer directement 10% du total des décès.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité