Publicité

QUESTION D'ACTU

Diabète, maladies cardiovasculaires, hépatiques...

Enrichir la flore intestinale pour combattre l'obésité

Les personnes dont la flore intestinale est pauvre en bactéries ont un risque plus important de développer des maladies liées à l’obésité. Une découverte qui ouvre la porte à de nouveaux traitements anti-prise de poids.

Enrichir la flore intestinale pour combattre l'obésité DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 29.08.2013 à 12h15
  • |
  • |
  • |
  • |


La flore intestinale a été sous-estimée. Longtemps, on a pensé que les bactéries qui se trouvent dans le tube digestif se contentaient de jouer un rôle dans la digestion. Des recherches ne cessent de démontrer que l’impact du microbiote intestinal sur notre santé est bien plus important qu’on ne l’imaginait. Deux études parues dans la revue Nature le 29 août mettent en évidence le rôle de la flore intestinale dans l’obésité.


Une première étude menée sur 292 Danois obèses et non-obèses, révèle qu’un quart des individus avait une flore intestinale pauvre. Huit espèces de bactéries étaient manquantes ou présentes en faible quantité dans ce groupe de personnes. En plus de cette moindre diversité en bactéries, ces individus avaient un risque plus important de développer des maladies métaboliques comme le diabète, mais aussi des problèmes cardiovasculaires, hépatiques et même le cancer. « 80% de ces individus pauvres en bactéries étaient obèses, souligne Stanislas Dusko-Ehrlich, directeur de recherche à l’Inra, coordonnateur des études parues dans Nature. Et nous avons constaté que ces mêmes personnes, même si elles n’étaient pas obèses, avaient pris plus de poids que celles qui avaient une flore intestinale riche. » C’est la première fois qu’une telle distinction est mise en évidence dans la population.

 

Riche en bactéries = pauvre en kilos


Une deuxième étude menée chez 49 Français obèses ou en surpoids est parvenue au même résultat. Deux groupes d’individus se distinguent : ceux qui ont microbiote pauvre en bactéries et ceux qui ont une flore intestinale riche. Les « pauvres » présentent les mêmes facteurs de risques que les Danois et six espèces de bactéries particulièrement représentatives de ces communautés permettent de dépister les groupes à risques, avec une précision de 95%.

 

Ecoutez Stanislas Dusko-Ehrlich, directeur de recherche à l’Inra :« Les Français et les Danois ne mangent pas de la même manière et pourtant on retrouve la même proportion de personnes dont le microbiote est pauvre en bactéries. »



 

Après avoir identifié cette frange de la population à risques de développer des maladies métaboliques, grâce à un test simple qu’est l’analyse des selles, les chercheurs ont voulu savoir s’il était possible de diminuer ces risques. Les 49 Français inclus dans l’étude ont donc suivi un régime alimentaire riche en fibres et en fruits et légumes pendant douze semaines. Résultat : « C’était étonnant et inattendu mais leur flore intestinale s’est amélioré de 20 à 25% et leurs paramètres biochimiques indiquant qu’ils étaient à risques de développer des maladies chroniques se sont aussi améliorés, explique le chercheur de l’Inra. Après 12 semaines, leur flore n’était pas aussi riche que celle de l’autre groupe, les marqueurs de l’inflammation n’ont pas bougé mais c’est déjà formidable ».

 

Des bactéries anti-prise de poids

Ces résultats suscitent un grand enthousiasme de la part des chercheurs. Certes, la solution miracle pour lutter contre l’obésité et les maladies métaboliques n’a pas encore été trouvée mais cette meilleure connaissance de la flore intestinale ouvre des horizons thérapeutiques. Pour Stanislas Dusko-Ehrlich, « ces bactéries peu présentes chez un quart de la population protègent manifestement contre la prise de poids. On peut donc envisager à l’avenir d’essayer de développer des traitements basés sur ces bactéries qui seraient utilisées comme des probiotiques ». Autre avancée possible : faire réaliser en routine un test d’analyse des selles pour repérer les personnes à risques. « En les repérant précocement, quand le microbiome n’est pas encore trop abîmé, il sera peut-être possible de le régénérer en mettant en place de simples conseils diététiques », espère le chercheur de l’Inra.

Ecoutez Stanislas Dusko-Ehrlich :« On peut repérer simplement les indvidus à risques de développer ces maladies et réduire les risques auxquels ils sont exposés. Vous trouvez pas ça génial !»



Cette médecine préventive représente un enjeu majeur puisqu'elle pourrait participer à la lutte contre l’épidémie d’obésité qui concernera plus de 700 millions de personnes en 2015 et, donc les causes ne sont manifestement pas que génétiques.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité