• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Performance

Marathon : pourquoi tout le monde ne peut pas être champion

Pour passer sous la barre mythique des deux heures, les marathoniens doivent combiner avec un équilibre parfait en oxygénation, une efficacité du mouvement et un “point de virage lactate” élevé.

Marathon : pourquoi tout le monde ne peut pas être champion vladacanon/iStock

  • Publié le 15.11.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les athlètes doivent maintenir un VO2 ‘stationnaire’.
  • Il faut faire une course économique et utiliser l'oxygène de manière efficace.
  • Il faut un point de virage lactate élevé qui correspond au pourcentage de VO2 max qu'un coureur peut supporter avant le début de la respiration anaérobie.

Le record du monde du marathon est de 2h 1min 39sec, établi à Berlin (Allemagne) le 16 septembre 2018 par le Kényan Eliud Kipchoge. Dans le cadre du projet lancé par la marque de sport américaine Nike Breaking2, le même athlète est parvenu à briser cette barrière des deux heures grâce à un programme spécifique et non officiel. Il a terminé les 42,195 kilomètres en 1h 59min 40sec.

21,1km/h d’allure moyenne

Si ce record n’a pas été homologué, il a permis à des chercheurs de l’université d’Exeter au Royaume-Uni d’étudier de plus près les exigences nécessaires pour passer sous les deux heures. Selon Andrew Jones, professeur dans cette université et auteur de l’étude parue le 5 novembre dans le Journal of Applied Physiology, l’athlète doit combiner un “équilibre parfait” de VO2 max – soit le taux d’absorption d’oxygène -, l’efficacité du mouvement et un “point de virage lactate” élevé, au-dessus duquel le corps ne ressent plus de fatigue. “Certains des résultats - en particulier le VO2 max - n'étaient pas vraiment aussi élevés que nous nous attendions, a révélé le chercheur. Au lieu de cela, ce que nous voyons dans la physiologie de ces coureurs est un équilibre parfait des caractéristiques pour la performance du marathon.” 

Les données étudiées par les chercheurs se fondent sur les tests de course en plein air de 16 athlètes réalisés dans le cadre de la phase de sélection de Breaking2. “Les exigences d'un marathon de deux heures ont été largement débattues, mais les exigences physiologiques réelles n'ont jamais été signalées auparavant”, avance Andrew Jones. Elles ont révélé qu’un coureur de 59 kg aurait besoin d'absorber environ quatre litres d'oxygène par minute, soit 67 ml par kg et par minute, pour maintenir une allure de 21,1km/h et descendre sous les deux heures. “Pour courir pendant deux heures à cette vitesse, les athlètes doivent maintenir ce que nous appelons un VO2 ‘stationnaire’, poursuit-il. Cela signifie qu'ils répondent à tous leurs besoins énergétiques en aérobie (à partir de l'oxygène) - plutôt que de compter sur la respiration anaérobie, qui épuise les réserves de glucides dans les muscles et conduit à une fatigue plus rapide.”

Les coureurs d’élite savent intuitivement comment faire-

Les athlètes doivent également faire une course “économique”. Cela signifie que le corps doit utiliser l'oxygène de manière efficace, à la fois en interne et par une action de course efficace. Le VO2 mesuré chez les coureurs d'élite montre qu'ils peuvent absorber de l'oxygène deux fois plus vite au rythme du marathon qu'une personne “normale” du même âge en sprintant à fond.

Le point de virage lactate élevé nécessaire pour réaliser une telle performance correspond au pourcentage de VO2 max qu'un coureur peut supporter avant le début de la respiration anaérobie. “Si et quand cela se produit, les glucides dans les muscles sont utilisés à un taux élevé, épuisant les réserves de glycogène, détaille Andrew Jones. À ce stade - que de nombreux marathoniens peuvent appeler ‘le mur’ - le corps doit passer à la combustion des graisses, ce qui est moins efficace et signifie finalement que le coureur ralentit. Les coureurs que nous avons étudiés - 15 des 16 d'Afrique de l'Est - semblent savoir intuitivement comment courir juste en dessous de leur ‘vitesse critique’, proche du ‘point de virage lactate’ mais sans jamais le dépasser. C'est particulièrement difficile parce que, même pour les coureurs d'élite, le point de virage baisse légèrement au cours d'un marathon. Cela dit, nous soupçonnons que les meilleurs coureurs de ce groupe, en particulier Eliud Kipchoge, font preuve d'une remarquable résistance à la fatigue.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité