• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Transmission

Futures mamans : avoir une vie saine retarde l’apparition d’une maladie cardiovasculaire chez l’enfant

Les enfants dont la mère a adopté un mode de vie sain, pendant toute sa vie et pas uniquement pendant la grossesse, vivent près d’une décennie de plus sans maladie cardiovasculaire.

Futures mamans : avoir une vie saine retarde l’apparition d’une maladie cardiovasculaire chez l’enfant fizkes/iStock

  • Publié le 05.11.2020 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les descendants de mères qui ont eu un mode de vie sain ont vécu neuf années de plus sans maladie cardiovasculaire que les autres, respectivement 27 ans contre 18 ans.
  • La santé cardiaque du père n’a pas eu d'effet statistiquement significatif sur l’apparition de troubles cardiovasculaires chez l’enfant.
  • En adoptant un mode de vie sain très tôt dans la vie, les enfants peuvent réduire le risque de maladies cardiovasculaires transmis par une mère au mode de vie malsain.

Le mode de vie de la mère, pas seulement pendant la grossesse mais durant toute sa vie, a une grande influence sur la santé de l’enfant. Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains de l'université Vanderbilt à Nashville et de l'université du Massachusetts à Boston suggèrent que les mamans qui ont adopté un mode de vie sain au cours de leur vie retardent de près de dix ans les risques d’apparition d’une maladie cardiovasculaire chez leur enfant. Les résultats de cette étude ont été publiés le 4 novembre dans le European Journal of Preventive Cardiology, une revue de la Société européenne de cardiologie (ESC).

Un suivi sur 46 ans

La santé de chaque individu est influencée par le mode de vie de la mère. “Notre étude suggère que les mères sont les principales gardiennes de la santé de leurs enfants, estime le Dr James Muchira, auteur principal de l’étude. Cette influence maternelle persiste jusqu'à l'âge adulte de leur progéniture.” De précédentes recherches ont montré que les parents transmettent la santé à leur progéniture mais cette nouvelle étude est la première à examiner, pour chaque parent séparément, le lien entre leur santé cardiaque et l'âge auquel l’enfant va développer une maladie cardiovasculaire. 

Les chercheurs ont étudié 1 989 enfants (âgés en moyenne de 32 ans) et autant de mères et de pères suivis pendant 46 ans, de 1971 à 2017. “Surtout, l'étude a suivi la progéniture pendant la majeure partie de sa vie adulte lorsque des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux se produisent”, a ajouté le Dr James Muchira. La santé cardiovasculaire des parents a été estimé selon 7 facteurs : ne pas fumer, alimentation saine, activité physique et indice de masse corporelle normal, tension artérielle, cholestérol sanguin et glycémie. Les chercheurs ont étudié séparément les paires : mère-fille, mère-fils, père-fille et père-fils.

Un risque plus grand pour les filles 

Les résultats ont montré que les descendants de mères qui ont eu un mode de vie sain ont vécu neuf années de plus sans maladie cardiovasculaire que les descendants de mères ayant eu une mauvaise santé cardiovasculaire, respectivement 27 ans contre 18 ans. La mauvaise santé cardiovasculaire de la mère double le risque de problèmes cardiovasculaires précoces pour l’enfant. Par ailleurs, la santé cardiaque du père n’a pas eu d'effet statistiquement significatif sur l’apparition de troubles cardiovasculaires chez l’enfant. “Si les mères souffrent de diabète ou d'hypertension pendant la grossesse, ces facteurs de risque s'impriment chez leurs enfants à un très jeune âge. De plus, les femmes sont souvent les principales dispensatrices de soins et le principal modèle de comportement”, avance le Dr Muchira.

Briser le cycle intergénérationnel

Il est possible de limiter les mauvais effets du mode de vie malsain de la mère. “Les interventions familiales devraient avoir lieu pendant la grossesse et très tôt dans la vie de l'enfant, de sorte que l'impact réel de la santé cardiovasculaire protectrice se propage à l'âge adulte, détaille le Dr Muchira. Par exemple, jumeler des mères et de jeunes enfants dans un programme d'exercice ou d'amélioration de l'alimentation. Si les enfants deviennent des adultes en bonne santé, ils n'acquerront pas le même risque cardiovasculaire que leurs parents, une situation qui augmentera les chances d'avoir des petits-enfants encore plus sains.”

Les résultats ont montré que la situation est souvent plus grave pour les fils que pour les filles. “C'est parce que les fils ont des habitudes de vie plus défavorables que les filles, ce qui aggrave encore les choses, estime le chercheur. Cela montre que les individus peuvent prendre en charge leur propre santé. Les personnes qui héritent d'un risque élevé de leur mère peuvent réduire ce risque en faire de l'exercice et bien manger. S'ils ne le font pas, le risque sera multiplié.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité