• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée mondiale de cœur

Santé cardiovasculaire: où perd-on le plus d'années de vie?

Le nombre d'années potentielles de vie perdues à la suite de maladies cardiovasculaires varie considérablement en fonction du territoire. Bien qu'aucun phénomène n'explique de manière précise ces disparités, quelques hypothèses peuvent être avancées.

Santé cardiovasculaire: où perd-on le plus d'années de vie? Geckophotos/iStock

  • Publié le 29.09.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les maladies cardiovasculaires sont la deuxième cause de décès en France. 9% d'entres elles trépassent les moins de 65 ans.
  • Les Français perdent en moyenne 10 ans de vie potentiels à cause de ces morts prématurées. Les départements du nord, de l'ouest de la région Grand Est et les DROM sont les plus touchés.
  • Le tabac, l'alcool, le cholestérol, l'inactivité physique, l'hypertention artérielle, le diabète et l'obésité sont des facteurs évitables de ces maladies.

Sommes-nous tous égaux face aux maladies cardiovasculaires? Non, si l'on regarde les derniers résultats présentés par Santé publique France. L'agence française a tenté de mesurer les conséquences de maladies cardiovasculaires, telles que l'accident vasculaire cérébral ou l'infarctus du myocarde, sur la santé des Français. Pour cela, les chercheurs ont extrait des données du Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès de l'Inserm sur la mortalité par maladies de l'appareil circulatoire entre 2013 et 2015. “Les maladies cardiovasculaires constituent la deuxième cause de mortalité en France et la troisième cause de mortalité prématurée, expliquent les auteurs de l'étude. L’objectif était de décrire les disparités départementales de mortalité prématurée pour l’ensemble des MCV, et plus spécifiquement pour l’accident vasculaire cérébral et l’infarctus du myocarde, en France en prenant en compte l’âge au décès.”

En 2015, 144 626 personnes sont mortes en France d'une maladie cardiovasculaire, dont plus de 10% par infarctus du myocarde et 21% par accidents cardiovasculaires cérébraux. Dans cette cohorte, l'âge moyen est de 83 ans et les maladies cardiovasculaires  touchent plus durement et plus rapidement les hommes que les femmes. Cependant, près de 9% de ces décès surviennent avant 65 ans. Ces trépas sont considérés comme des “morts prématurées”. Lorsque la mort survient aussi “tôt”, elle touche cinq fois plus d'hommes que de femmes, avec un âge du décès aux alentours de 55 ans. Ces potentielles années de vie perdues prématurément représentent près de 10 ans en moyenne par personne et frappent particulièrement le Nord et une partie de la région Grand Est, ainsi que les départements et régions d'Outre-mer.

Disparités départementales des taux moyens standardisés d’années potentielles de vie perdues prématurément (APVPp) par accident vasculaire cérébral en 2013-2015 - Santé public France

Source: Santé public France

Hypothèses de ces différences géographiques

Pour la période 2013-2015, la mortalité dans l'Hexagone pour les maladies cardiovasculaires était de 257,3/100 000 habitants. Néanmoins, plusieurs départements dépassent ce chiffre de plus de 30%. C'est le notamment le cas la Nièvre (+68%), de la Lozère (+48%) à égalité avec le Pas-de-Calais ou encore de la Seine-Maritime (+36%). De même, les départements et régions d'Outre-mer sont particulièrement touchés par le phénomène : la Guyane (+50%), la Martinique (+49%), la Réunion (+47%) et la Guadeloupe (+45%).

Les auteurs de l'étude avancent quelques hypothèses pour expliquer cette disparité d'années potentielles de vie perdues prématurément. D'une part, ils préconisent d'étudier plus en détail l'éloignement et la qualité des soins pour la population ce qui pourrait expliquer cette mortalité accrue. D'autre part, ils suggèrent que les données localisées connues seraient concordantes avec les facteurs à risque des maladies cardiovasculaires. Ainsi, ils estiment que cette mortalité précoce peut être diminuée grâce à de meilleures politiques de dépistage et de prévention de la population.

Les facteurs évitables de maladies cardiovasculaires sont le tabagisme, l'hypertension artérielle, le cholestérol, le diabète et l'obésité. Les chercheurs rappellent que l'infarctus du myocarde est également provoqué par l'inactivité, l'alcool, la non-consommation de fruits et le stress. L'accident vasculaire cérébral peut aussi être provoqué, en plus des facteurs de maladies cardiovasculaires, par un rapport taille/hanche élevé, de mauvaises habitudes alimentaires et la sédentarité.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité