• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition

Comment se forme le goût chez les enfants ?

A l’occasion de la semaine du goût, un éclairage sur la construction de ce sens capital chez les enfants pour qu'ils aient ensuite une alimentation équilibrée.

Comment se forme le goût chez les enfants ? Prostock-Studio / istock.

  • Publié le 14.10.2020 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Dès la fin de la vie fœtale, tous les bébés acceptent le goût sucré, comme chez les primates.
  • Concernant l’impact des habitudes familiales, il s’observe très bien dans l’acceptation de l’amertume.
  • Vers l’âge de 2 ans, l’enfant entre dans une période particulière, que l’on appelle la néophobie.
Chez les enfants, le goût se forme petit à petit, influencé par trois facteurs principaux : la génétique, les habitudes familiales et la néophobie. Evoquons d’abord la génétique. Dès la fin de la vie fœtale, tous les bébés acceptent le goût sucré, comme chez les primates. Il s’agit d’un avantage adaptatif pour la survie de l’espèce qui remonterait à 65 millions d’années : les plantes vénéneuses présentaient alors une amertume ou une astringence, tandis que les aliments bénéfiques pour l’organisme possédaient une saveur sucrée.

Patrimoine génétique

L'appétence pour le sucré évolue dès l’âge de 6 mois, selon le patrimoine génétique de chacun. Les personnes qui possèdent la plus forte sensibilité pour l’amertume ont généralement moins d’attirance pour le sucré.

Nathalie Négro, responsable du centre nutritionnel des Thermes de Brides-les-Bains, décrypte ce phénomène : "il ne s’agit pas d’une préférence pour le goût sucré de façon générale mais d’une appétence pour certains aliments sucrés. Ainsi, untel aimera les bonbons mais pas les glaces ou une pâtisserie particulière… L’attirance pour le goût sucré diminue spontanément en grandissant. Très forte chez les enfants, elle tend à diminuer en fin d’adolescence, avec le ralentissement de la croissance : c’est une régulation biologique." 

Les habitudes familiales

Concernant l’impact des habitudes familiales, il s’observe très bien dans l’acceptation de l’amertume. "Contrairement aux idées reçues, l’enfant ne rejette pas d’emblée les aliments amers. Cela dépend des habitudes familiales et l’exemple donné par les parents est primordial", précisent les experts en nutrition.

La néophobie

Vers l’âge de 2 ans, l’enfant entre dans une période particulière, que l’on appelle la néophobie : il redoute ce qu’il ne connaît pas. Comme les préférences alimentaires à 2-3 ans sont prédictives des préférences à 15-20 ans, il est essentiel d’ouvrir l’enfant à un maximum de saveurs.

"On peut être amené à présenter jusqu’à 8 fois (parfois davantage) un aliment avant qu’il l’apprécie", précisent les experts en nutrition des Thermes de Brides-les-Bains. "Il ne faut donc pas se décourager et au contraire lui proposer régulièrement le même aliment, sous différentes formes, jusqu’à ce qu’il l’accepte. L’alternance dans la présentation des aliments améliore leur acceptation", concluent-ils. Inutile donc de faire une "semaine carottes", une "semaine épinards", etc.
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité