• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Coronavirus

Covid-19: comment les tests antigéniques doivent révolutionner le dépistage

Ces tests, plus rapides et plus fiables mais complémentaires des tests PCR, seraient la solution idéale pour désengorger les laboratoires d’analyses. 

Covid-19: comment les tests antigéniques doivent révolutionner le dépistage Retvisual/iStock

  • Publié le 09.10.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La Haute Autorité de santé a donné son aval pour démocratiser les tests antigéniques.
  • Contrairement aux tests PCR, les tests antigéniques sont rapides, fiables et peuvent dépister une large population d'un seul coup.
  • La technique devrait être généralisée très bientôt, selon la HAS.

Les files d’attente interminables pour réaliser des tests Covid seront bientôt de l’histoire ancienne, même si les délais raccourcissent dans les grandes métropoles. La Haute Autorité de santé (HAS) a rendu aujourd’hui son avis sur l’utilisation des tests antigéniques, lors d’une conférence de presse en ligne. Elle préconise le recours massif à cette forme de tests pour dépister plus efficacement la Covid-19 chez les personnes qui présenteraient des symptômes. 

La rapidité, le principal avantage du test antigénique

Jusqu’à présent, la solution la plus utilisée en France consistait à utiliser les tests RT-PCR. Cependant, avec la stratégie de dépistage de masse voulue par le gouvernement, l’attente s’est faite de plus en plus longue. Alors que dans les faits, les résultats devaient être envoyés sous trois jours aux patients, en réalité, l’attente pouvait atteindre jusqu’à huit jours. Ce délai, qui s’explique par la surcharge des laboratoires d’analyses, rend les résultats caducs parce qu’ils dépassent les 72h de validité du test. Pire encore, si le test est positif, la personne concernée aura eu le temps d’en contaminer d’autres, créant ainsi des cas contacts qui devront, eux aussi, réaliser des tests Covid, qui mettront eux-mêmes du temps à arriver. C’est pour sortir de cette spirale infernale, et désengorger les laboratoires d’analyses, que la HAS préconise d’utiliser les tests antigéniques. 

Le test antigénique détermine si nous sommes ou non porteurs du coronavirus grâce à nos antigènes, en se focalisant sur les anticorps que notre organisme produit. Comme pour le test PCR, le test antigénique se fait grâce à un prélèvement nasopharyngé, en revanche, les résultats sont disponibles au bout d’une demi-heure, contre 72h en moyenne pour le test PCR. Les résultats des tests antigéniques sont considérés comme fiables jusqu’à 4 jours après une infection potentielle. Grâce à leur facilité d’utilisation, ils pourront être facilement utilisables par tous types de professionnels de santé (infirmiers, médecins, pharmaciens, laboratoires d’analyses, etc.).  

Néanmoins, les tests antigéniques ne seront utilisés en priorité que dans trois cas de figure:

- Pour ceux susceptibles de développer une forme grave de la maladie, telles que les personnes âgées de plus de 65 ans ou celles qui souffrent d’affections de longue durée. Même si le test antigénique est négatif, la Haute Autorité leur conseille de faire un test PCR pour confirmer les résultats, afin de ne pas manquer un potentiel faux-négatifs.

- Pour les patients qui ont des symptômes et qui ne peuvent bénéficier dans les 48 premières heures d’un test PCR, la HAS les invite à faire un test antigénique. Si le résultat est positif, il n’est pas nécessaire de faire un test PCR pour reconfirmer le diagnostic. 

- Pour les patients sans symptômes qui ne sont pas des cas contacts mais qui évoluent régulièrement au sein d’espaces fermés et confinés (universités, Ehpad ou entreprises par exemple). Dans ce cas de figure, c’est l’aspect rapidité d’accès aux résultats qui est pris en compte. L’intérêt ici, c’est de débusquer le plus rapidement possible un foyer épidémique (cluster) en testant un grand nombre de personnes.

Outre sa rapidité, l’autre avantage du test antigénique par rapport au test PCR réside dans sa faculté à tester de larges populations en une seule fois. Vu qu’ils ne nécessitent quasiment aucun matériel, les tests antigéniques peuvent être déployés rapidement. Ainsi, il devient plus simple de repérer et de prendre en charge rapidement les malades, ce qui a pour effet de “casser” rapidement les éventuels foyers épidémiques. 

Le test PCR reste d’actualité

Si le test antigénique présente des avantages indéniables de rapidité et de fiabilité par rapport au test PCR, ce dernier ne sera abandonné pour autant. Il sera toujours utilisé en complément du test antigénique pour confirmer les cas de coronavirus, notamment pour les personnes qui seraient des faux positifs ou des faux négatifs. De plus, si un patient a des symptômes du coronavirus depuis plus de quatre jours, il sera redirigé vers le test PCR, car la HAS considère que les résultats du test antigénique ne sont plus assez fiables après ce délai.  

Enfin, deux inconnues restent à éclaircir. La première réside dans le financement de cette mesure, qui n’a pas encore été tranchée entre la Caisse nationale d’Assurance maladie et le ministère de la Santé. La seconde, et sûrement la plus importante, tient dans la disponibilité de ces tests à grande échelle. La Haute Autorité de santé n’a pas souhaité donner de date précise quant à la généralisation du dispositif, parlant simplement d’un éclaircissement de la part du ministère qui devrait arriver dans les prochains jours. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité