• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Essais cliniques

Coqueluche : un nouveau vaccin en préparation

Un nouveau vaccin contre la coqueluche est en développement à l’Inserm. Les premiers résultats montrent que ce traitement par voie nasale offre une plus grande efficacité et une meilleure réponse immunitaire que le vaccin actuel.

Coqueluche : un nouveau vaccin en préparation Highwaystarz-Photography/iStock

  • Publié le 30.09.2020 à 12h45
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Baptisé BPZE1, c’est un vaccin “vivant atténué”, c’est-à-dire qu’il repose sur une bactérie vivante dont le pouvoir pathogène est génétiquement atténué.
  • Ce vaccin s’administre par voie nasale, sous forme de suspension inhalée, reproduisant ainsi la voie naturelle d’infection et améliorant par conséquent la durée d’efficacité.
  • La phase 2 des essais cliniques a déjà été lancée.

La coqueluche est l’une des maladies les plus meurtrières pour les nourrissons. Entre 1996 à 2012, environ 10 000 cas ont été enregistrés en France chez des bébés de moins de 6 mois dont 18 % d'entre eux ont été admis en réanimation. Depuis les années 1950, des vaccins ont été développés mais soit ils ne permettent pas une protection suffisante soit ils engendrent de trop nombreux effets secondaires. Si bien que depuis les années 2000, le taux de coqueluche remonte. Des chercheurs de l’Inserm travaillent sur l’élaboration d’un nouveau vaccin et les résultats de la phase 1 des essais cliniques, publiés le 17 juillet dans la revue The Lancet Infectious Diseases, montrent une bonne tolérance et une réponse efficace chez l’adulte.

Une efficacité durable

Les vaccins actuels contre la coqueluche n’offrent qu’une protection limitée alors que la vaccination est obligatoire chez tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018. La première série date des années 1950 pour des vaccins dits “inactivés”. Elle consistait à injecter la bactérie inactivée par la chaleur ou par des traitements chimiques. “Efficaces, ils avaient cependant l’inconvénient d’induire après l’injection, un certain nombre d’effets indésirables locaux et généraux généralement peu graves mais gênants”, ajoute l’Inserm dans un communiqué publié le 29 septembre. Depuis, une nouvelle génération de vaccins a été développée et se focalise sur l’utilisation de seulement quelques protéines bactériennes. Là aussi leur efficacité se trouve limitée puisque le taux de coqueluche remonte depuis dix ans. “Les vaccins actuels protègent en effet bien contre la maladie mais leur réponse est de courte durée (3 à 5 ans) et ils ne bloquent pas suffisamment la transmission de la bactérie entre individus”, ajoute l’Inserm.

L’équipe de recherche de l’Inserm travaille sur un vaccin plus efficace que ceux existants. Baptisé BPZE1, c’est un vaccin “vivant atténué”, c’est-à-dire qu’il repose sur une bactérie vivante “dont le pouvoir pathogène est génétiquement atténué (et non pas inactivé à la chaleur)”, précise l’Inserm. Son objectif principal est d’améliorer la tolérance chez les patients contrairement aux vaccins disponibles sur le marché. “Après avoir identifié et décrit les gènes de toxicité responsables des effets pathologiques de la coqueluche, les chercheurs sont parvenus à modifier génétiquement la bactérie pour obtenir une souche dépourvue de toxicité à partir de laquelle ils ont conçu BPZE1, ont écrit les chercheurs. Ce vaccin s’administre par voie nasale, sous forme de suspension inhalée, reproduisant ainsi la voie naturelle d’infection et améliorant par conséquent la durée d’efficacité.”

La phase 2 déjà lancée

Les résultats de la phase 1 des essais cliniques ont révélé que ce traitement amène une réponse immunitaire efficace, après de bons résultats lors des essais pré-cliniques sur les animaux. “Ce vaccin déclenche une immunité locale dans les voies respiratoires avec la mobilisation de l’immunité innée qui permet une réponse rapide, développe Camille Locht qui a dirigé l’étude. En outre, la bactérie est rapidement éliminée après son introduction dans les voies nasales, ce qui limite sa transmission. Nous espérons que BPZE1 sera efficace plusieurs dizaines d’années.” Pour arriver à ces résultats, l’essai a inclus 48 participants âgés de 18 à 32 ans. Ils ont été répartis en trois groupes où à chaque fois 12 volontaires ont reçu le traitement et 4 ont eu un placebo. “Un prélèvement nasal et une prise de sang ont été effectués à six reprises au cours du premier mois, puis six mois après et enfin un an après, pour vérifier la présence du vaccin dans les muqueuses et l’apparition d’une réponse immunitaire spécifique”, révèlent les chercheurs.

Un an après, la dose la plus élevée a “déclenché la production d’anticorps spécifiques” chez 100% des volontaires. Un chiffre qui s’élève à 80% pour ceux qui ont reçu la dose la plus faible. Quelle que soit la dose, aucun effet indésirable n’a été constaté par les chercheurs. Des résultats que les ont poussés à lancer la phase 2 des essais cliniques sur 300 patients. “Si ce vaccin franchit toutes les étapes du développement, il pourra être utilisé en premier lieu chez les adultes s’occupant de nourrissons pour protéger ces derniers d’une éventuelle transmission, prévoit Camille Locht. L’utilisation chez les personnes fragiles et les nourrissons est prévue, mais elle nécessitera des données de sécurité complémentaires pouvant être longues à obtenir.”

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité