• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Risque d'AVC

Contre la fibrillation auriculaire, il est impératif d’arrêter de fumer !

Trouble cardiaque fréquent et le plus souvent asymptomatique, la fibrillation auriculaire augmente, si elle est associée au tabagisme, de 66% à 84% le risque de faire un AVC.

Contre la fibrillation auriculaire, il est impératif d’arrêter de fumer ! Miljan Živković/iStock

  • Publié le 25.08.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude portant sur 97 000 patients souffrant de fibrillation auriculaire montre qu'arrêter de fumer diminue de 30% le risque d'AVC et de 46% celui de décès toutes causes confondues.
  • A contrario, les fumeurs et nouveaux fumeurs souffrant de fibrillation auriculaire ont respectivement un risque de 66% et de 84% de faire un AVC.

Si vous souffrez de fibrillation auriculaire, arrêtez dès aujourd’hui de fumer pour préserver votre santé cardiovasculaire ! Tel est le message qu’ont souhaité faire passer les scientifiques lors du congrès de la Société européenne de cardiologie (ESC) qui se tient actuellement à Sophia Antipolis, la technopole située dans le département des Alpes Maritimes.

Se caractérisant par un rythme cardiaque irrégulier et souvent anormalement rapide, la fibrillation auriculaire augmente significativement le risque d’insuffisance cardiaque ou encore d’accident vasculaire cérébral (AVC), notamment chez les seniors, les personnes en surpoids ou les fumeurs.

Si des études antérieures ont montré que les fumeurs sont plus susceptibles de développer une fibrillation auriculaire et de subir un accident vasculaire cérébral, il existait jusqu’ici peu de données sur les conséquences de l'arrêt du tabac après un diagnostic de fibrillation auriculaire.

C’est désormais chose faite avec ces travaux présentés lors du Congrès de l’ESC. Menés sur plus de 97 000 patients souffrant de fibrillation auriculaire nouvellement diagnostiquée entre 2010 et 2016, ils ont montré que l’arrêt du tabac diminuait significativement le risque de fibrillation auriculaire.

Arrêter de fumer diminue le risque d’AVC de 30%

L’étude a examiné l'association entre l'arrêt du tabac après un diagnostic récent de fibrillation auriculaire et les risques d'accident vasculaire cérébraux et de décès toutes causes confondues.

Tous les participants à l’étude ont subi deux bilans de santé : un moins de deux ans avant le diagnostic de fibrillation auriculaire et un second dans les deux ans qui ont suivi. Ils ont ensuite été suivis après le deuxième bilan jusqu'à la fin de 2017 pour détecter les cas d'accident vasculaire cérébral ou de décès.

L'âge moyen était de 61 ans et 62% des patients étaient des hommes. Les participants ont été classés selon leur statut tabagique avant et après le diagnostic de fibrillation auriculaire : 51,2% n’avaient jamais fumé, 27,3% étaient d’ex-fumeurs ayant cessé avant le diagnostic de fibrillation auriculaire, 6,9% ont arrêté de fumer après le diagnostic et 14,6% étaient toujours fumeurs.

Au cours d'un suivi médian de trois ans, les chercheurs ont recensé 3 109 accidents vasculaires cérébraux et 4 882 décès toutes causes confondues.

Après analyse des données, les chercheurs ont constaté que, par rapport aux fumeurs actuels, les personnes ayant arrêté de fumer avaient une probabilité d'accident vasculaire cérébral inférieure de 30% et une probabilité de décès toutes causes confondues réduite de 16%.

Un risque accru de 84% pour les nouveaux fumeurs

Les fumeurs qui arrêtent de fumer restent cependant plus à risque que ceux qui n'ont jamais fumé : ils présentent respectivement un risque d’AVC et de décès toutes causes confondues de 19% et de 46%. Les nouveaux fumeurs et les fumeurs réguliers courent un risque encore plus élevé d'accident vasculaire cérébral : pour les nouveaux fumeurs, la probabilité augmente de 84% et pour les fumeurs réguliers de 66%.

“Le tabagisme précipite les caillots sanguins qui pourraient provoquer une attaque, ce qui pourrait expliquer pourquoi le fait d'arrêter de fumer réduit le risque, explique la docteure So-Ryoung Lee, de l'hôpital universitaire national de Séoul (Corée). Le risque d'accident vasculaire cérébral restant après avoir arrêté de fumer pourrait être dû aux dommages déjà causés aux artères et appelés athérosclérose.”

“Si vous ne fumez pas, ne commencez pas. Si vous le faites, il n'est jamais trop tard pour arrêter. Peu importe combien vous fumez, arrêter est toujours bon pour la santé”, conclut la chercheuse.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité