• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Accidents, chutes, sports de contact..

Les commotions cérébrales perturbent durablement le sommeil

Une étude réalisée sur près de 400 patients ayant eu une commotion cérébrale montre qu’ils ont plus de risques de souffrir de troubles du sommeil.

Les commotions cérébrales perturbent durablement le sommeil Gorodenkoff/iStock

  • Publié le 24.08.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 53 % des patients ayant eu une commotion cérébrale avaient des troubles du sommeil trois mois après.
  • Ces troubles du sommeil comprennent un besoin accru de sommeil, un sommeil de mauvaise qualité, la somnolence pendant la journée ou une fatigue chronique.
  • Les chercheurs espèrent que cette découverte permettra une meilleure prise en charge des patients ayant souffert de commotion cérébrale.

Il suffit d’une mauvaise chute pour souffrir d’une commotion cérébrale. Elle peut avoir différents niveaux de gravité, mais généralement les symptômes disparaissent en quelques jours. “La plupart des gens récupèrent complètement dans un délai court, souligne Simen Berg Saksvik, doctorant à l’université de Science et de technologie de Norvège, mais certaines personnes souffrent de problèmes sur le long terme, et cela affecte leur qualité de vie, leur travail ou leur cursus scolaire." Avec son équipe, ils ont constaté qu’une commotion cérébrale pouvait provoquer des troubles du sommeil durables. Ils publient leurs conclusions dans Journal of Neurotrauma.

Mauvaise qualité du sommeil, somnolence ou encore fatigue 

La commotion cérébrale est aussi appelée traumatisme crânien, elle se produit lorsque le cerveau heurte les parois de la boîte crânienne. Les joueurs de rugby sont souvent concernés par ces blessures, mais elles peuvent aussi survenir après une chute ou un accident de voiture. La plupart des gens ressentent des maux de tête, des nausées ou une confusion, d’autres perdent connaissance. 

Dans cette étude, 378 personnes ayant été admises aux urgences pour une commotion cérébrale ont été suivies pendant un an. Deux groupes de contrôle ont été surveillés en parallèle : le premier avait eu une blessure sur une autre partie du corps que la tête, le second n’avait pas été blessé. “Nous avons constaté que les troubles comme un besoin accru de sommeil, un sommeil de mauvaise qualité, la somnolence pendant la journée ou la fatigue étaient bien plus fréquents et duraient plus longtemps après des commotions cérébrales, en comparaison aux autres blessures", analyse Simen Berg Saksvik. Sur le groupe de patients ayant eu une commotion, 136 avait des troubles du sommeil dans les deux semaines après leur blessure. Pour 53% d’entre eux, ces problèmes ont duré plus de trois mois. 

Mieux prendre en charge les commotions cérébrales 

Pour le chercheur et son équipe, cette meilleure compréhension des conséquences d’une commotion permettra de mieux prendre en charge les patients. “Les troubles du sommeil sont souvent associés à d’autres problèmes comme une mauvaise mémoire, des difficultés de concentration, la dépression ou l’anxiété, explique-t-il. Traiter les troubles du sommeil aussi vite que possible après une commotion pourrait aider à ralentir ou prévenir l’apparition de tels troubles." Avant de pouvoir mieux prendre en charge les patients, il souhaite comprendre le lien entre santé cérébrale et sommeil grâce à des IRM et des analyses sanguines. “Ensuite, nous serons capables de proposer un meilleur suivi, plus personnalisé, ainsi qu’un traitement", conclut le scientifique norvégien. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité