• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Paris : extension de l'obligation du port du masque en extérieur et facilitation de l'accès rapide aux tests

La courbe des contaminations s'emballe à Paris et petite couronne. Alors que la Préfecture de police de Paris renforce l'obligation de port en extérieur de masque, l'ARS multiplie les tests et tente de prioriser les cas les plus inquiétants en lançant notamment une nouvelle plateforme pour les médecins.

Paris : extension de l'obligation du port du masque en extérieur et facilitation de l'accès rapide aux tests jacus/iStock

  • Publié le 17.08.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En quinze jours le nombre de nouveaux cas sur Paris a été multiplié par six”, assène Nicolas Péju, directeur général adjoint de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France et invité de la matinale de France bleu Paris ce lundi. Face à l'emballement de cette courbe des contaminations également observées en petite couronne, le responsable sanitaire demande à chacun la plus grande prudence. “L'accès au test c'est à chaque fois que l'on a un doute, à chaque fois que l'on ne se sent pas bien, qu'on a des symptômes, désormais on peut avoir accès au test sans rendez-vous, sans prescription, c'est remboursé et donc il faut se faire tester, affirme-t-il. C'est comme ça aussi que l'on cassera cette tendance à la remontée de la circulation du virus.”

Or, avec les vacances estivales, certains laboratoires ont vu leurs effectifs baisser alors que la demande augmente. La prise de rendez-vous est moins immédiate et les files d'attente devant les laboratoires effectuant les tests sans ordonnance ou rendez-vous s'allongent. L'ARS Ile-de-France affirme réaliser 150 000 tests hebdomadaires. “On a beaucoup augmenté notre capacité de test, on l'a augmenté par trois en deux mois, assure-t-il. Mais la demande de test a aussi fortement augmenté [...] ça a créé une tension sur les laboratoires. C'est pour cela que l'on met en place une plateforme, opérationnelle dès aujourd'hui, dédiée aux médecins pour pouvoir orienter en priorité des personnes qui ont un besoin urgent d'être testées.” Une plateforme qui permet de prioriser les personnes désireuses de se faire tester mais qui repose sur la médecine de ville. Selon Nicolas Péju, il suffit aux médecins d'appeler une plateforme téléphonique pour être mis en relation avec des laboratoires. Ces derniers doivent ensuite contacter dans les 24 heures le patient suspecté de couver la Covid-19, puis d'envoyer rapidement les résultats des tests.

Paris en alerte

Une situation d'urgence qui risque malheureusement de devenir plus fréquente. Depuis ce vendredi, Paris a franchi le seuil d'alerte de Covid-19 et compte plus de 60 cas pour 100 000 habitants. Une augmentation irrésistible depuis la mi-juillet, qui malgré les alertes des autorités exécutives ou sanitaires, semble difficile à enrayer. “On assiste finalement depuis la mi-juillet à une augmentation du nombre de cas continue mais qui s'accélère fortement depuis, je dirais, une quinzaine de jours et en particulier effectivement à Paris et en petite couronne avec des taux d'incidence élevé, analyse le directeur général adjoint de l'ARS Ile-de-France. C'est une reprise épidémique dont la tendance s'accélère et c'est ça qui doit nous préoccuper. On est vraiment face à un moment où on voit la courbe s'inverser et augmenter fortement. Il est encore temps de l'enrayer, de casser cette courbe, c'est pour cela qu'il faut qu'il y ait une prise de conscience de tous qu'il fait agir maintenant.”

Comment arrêter les contaminations de Covid-19 ? Le responsable sanitaire rappelle les règles à respecter : usage des gestes barrière, maintien de la distanciation sociale et se laver régulièrement les mains. Toutefois, cette prévention citoyenne ne semble pas suffire surtout face au sentiment d'invulnérabilité d'une certaine partie de la population lasse d'entendre ces injonctions. Or, dans un communiqué du 14 août dernier, la Préfecture de police de Paris a étendu les zones où le port du masque est obligatoire en extérieur. Il ne s'agit plus que quelques rues, mais de zones voire de quartiers entiers. Dans les autres espaces publics extérieurs, le port du masque est vivement recommandé en cas de population dense. “Si la situation épidémiologique devait de nouveau se dégrader, le port du masque pourrait devenir obligatoire sur l'ensemble de la capitale”, prévient la Préfecture de police. Ce week-end, elle a aussi déclaré renforcer ses contrôles dans les bars, restaurants et rassemblements de plus de 10 personnes afin de s'assurer du bon port du masque. Des mesures soutenues et demandées par l'ARS Ile-De-France. “Ces mesures, qui sont plus d'obligations, viennent montrer qu'il faut qu'il y ait un électrochoc parce que à la base de tout, si on veut casser cette courbe, il faut suivre les recommandations dans ce qui est les gestes barrière, renchérit Nicolas Péju. Pour ce qui est le port du masque, effectivement nous avons recommandé au Préfet de police dans des zones d'évidence où il est difficile de respecter cette distanciation de rendre le port du masque obligatoire parce qu'on constatait justement ce relâchement.” Bientôt la fin de l'été et de l'insouciance ?

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité