• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Saturnisme

L'intoxication au plomb lors de l'incendie de Notre-Dame se confirme

Le toit de Notre-Dame de Paris et ses 460 tonnes de plomb ont brûlé le 15 avril 2019, contaminant les sols aux alentours et créant un risque d'intoxication pour le voisinage.  

L'intoxication au plomb lors de l'incendie de Notre-Dame se confirme Razvan/iStock

  • Publié le 23.07.2020 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le plomb est une substance très toxique, même à faible dose. 
  • Les niveaux de plombs autour de Notre-Dame varient entre 0,03 g/kg et 9 g/kg.

Déjà un an que sa flèche ne magnifie plus les toits de Paris. Le 15 avril 2019, le toit de Notre-Dame et ses 460 tonnes de plomb partent en fumée, et les cendres contaminées retombent sur le sol. Selon une nouvelle étude américaine publiée par GeoHealth, les Parisiens résidant aux alentours de Notre-Dame seraient fortement exposés au plomb à la suite de l’incendie de l’édifice religieux. Les chiffres avancés par les chercheurs sont bien supérieurs à ceux des études françaises.

Diminution des performances cognitives

Le plomb est une substance très toxique, même à faible dose. Chez l’enfant, l’effet le plus préoccupant d’une intoxication au plomb (ou saturnisme) est la diminution des performances cognitives et sensorimotrices. Dès les faibles concentrations, le plomb altère également le développement staturo-pondéral et sexuel du jeune, son comportement et l’acuité auditive. Chez la femme enceinte, le plomb altère le développement fœtal et le déroulement de la grossesse. Chez les adolescents et les adultes, il augmente les risques de maladie rénale chronique et d’hypertension artérielle, altère la qualité du sperme et diminue la fertilité masculine. Ses conséquences sur la santé cardiovasculaire et la mortalité associée sont également importantes.


“La population résidant dans un rayon d’un kilomètre et sous le panache de l’incendie a probablement été très considérablement plus exposée aux retombées de plomb, bien que pendant une courte durée, que ne l’indiquaient les mesures effectuées par les autorités locales", estiment les chercheurs américains dans GeoHealth et Le Monde.

Une intoxication au plomb est très difficile à traiter

Pour parvenir à ces conclusions, le directeur de l’étude, Alexander Van Geen, a fait des prélèvements dans le sol en décembre 2019 et en février 2020. Après analyse, les niveaux de plombs variaient entre 0,03 g/kg à 9 g/kg.

De son côté, l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France estimait en mai 2019 que les niveaux de plombs étaient compris entre 0,02 et 0,1 g/kg, des chiffres “comparables aux valeurs habituellement mesurées à Paris”.

Rappelons qu’une intoxication au plomb est très difficile à traiter. “Dans tous les cas, il est primordial d'éliminer toute source d'intoxication potentielle au plomb dans l'environnement de la personne”, rappelle l’Assurance maladie. De fait, l’étude d’Alexander Van Geen pourrait pousser les pouvoirs publics à prendre de nouvelles mesures sanitaires.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !
Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité