• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Déclin cognitif

Les gènes et la santé cardiovasculaire sont des facteurs de risque de démence

Une étude menée auprès de plus de 1 200 participants démontre que les gènes, mais aussi la santé cardiovasculaire, contribuent au risque de déclin cognitif d’une personne.

Les gènes et la santé cardiovasculaire sont des facteurs de risque de démence sudok1/iStock

  • Publié le 23.07.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Être porteur d'un allèle appelé apolipoprotéine E multiplie par 2,6 le risque de développer une démence.
  • Il est toutefois possible de diminuer ce risque en préservant sa santé cardiovasculaire par une bonne hygiène de vie.

Survenant en moyenne vers l’âge de 65 ans, la démence se caractérise par une diminution du nombre de neurones et, de fait, par une atteinte des fonctions cérébrales, notamment la mémoire, l’attention, le langage ou encore la motricité. S’il touchait en moyenne 47 millions de patients dans le monde en 2015, ce déclin cognitif tend à prendre de l’ampleur : en 2050, près de 141 millions de personnes pourraient être concernées par la démence.

En cause : une part de plus en plus importante prise par certains facteurs dans les maladies neurodégénératives comme Alzheimer. Car, si l’âge reste le premier facteur de risque de la démence, d’autres viennent s’y ajouter. De nombreux travaux ont ainsi pointé la responsabilité de certaines pathologies comme le diabète et la dépression, mais aussi le manque d’activité physique ou encore la consommation de tabac.

Une nouvelle étude, menée auprès de 1 211 participants à la Framingham Heart Study, une étude épidémiologique au long cours sur les maladies cardiovasculaires, montre que les gènes, mais aussi la santé cardiovasculaire, sont aussi des facteurs de risque de développer un déclin cognitif. Réalisée par des chercheurs du Centre des sciences de la santé de l'université du Texas à San Antonio (Etats-Unis), l’étude vient d’être publiée dans la revue Neurology.

Un risque génétique 2,6 fois plus élevé

Les chercheurs ont ainsi analysé le score de risque génétique des volontaires et ont constaté que le fait d'avoir un allèle appelé apolipoprotéine E (APOE) ε4, était associé à un risque 2,6 fois plus élevé de développer une démence que les sujets présentant un score de risque faible et qui n'étaient pas porteurs de l'allèle APOE ε4.

L'étude a également montré que le fait d’être en bonne santé cardiovasculaire était associé à un risque de démence 0,45 fois plus faible que celui d'avoir une santé cardiovasculaire défavorable.

Le lien entre la santé cardiaque et la santé cérébrale devient plus clair avec chaque résultat”, affirme la docteure Sudha Seshadri, chercheuse principale de la Framingham Heart Study, professeure de neurologie et directrice fondatrice de l'Institut Glenn Biggs pour la maladie d'Alzheimer et les maladies neurodégénératives de l'université de San Antonio.

Contrer le destin génétique avec une bonne hygiène de vie

Nous espérons que les résultats de cette étude enverront un message au public, et ce message est de faire de l'exercice, de réduire le stress et de manger sainement. Quels que soient vos gènes, vous avez la possibilité de réduire votre risque de démence”, ajoute-t-elle.

Il est impératif de commencer dès aujourd'hui, ajoute la docteure Claudia Satizabal, qui a aussi participé aux travaux. Il semble, d'après nos conclusions, que le fait d'avoir une santé cardiovasculaire favorable atténue le risque de démence chez les personnes à haut risque génétique.”

Les résultats de cette étude rejoignent donc les nombreuses conclusions selon lesquelles l’exercice physique est l’un des meilleurs moyens de prévenir ou de ralentir le déclin cognitif, et en particulier la maladie d’Alzheimer, qui est la forme de démence la plus courante à travers le monde.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité