• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie de Crohn et rectocolite hémorragique

MICI : les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin doubleraient le risque de démence

Selon une nouvelle étude, les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) telles que la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique pourraient doubler le risque de développer une démence. En cause: un déséquilibre du microbiote intestinal.

MICI : les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin doubleraient le risque de démence udok1/iStock

  • Publié le 25.06.2020 à 15h45
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les patients souffrant de la maladie de Crohn ou d'une rectocolite hémorragique ont été diagnostiquées avec une démence en moyenne 7 ans plus tôt.
  • Le risque de développer la maladie d'Alzheimer est 6 fois plus élevé chez les patients souffrant d'une MICI que les autres.

Fréquentes mais relativement peu connues du grand public, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, ou MICI, touchent environ 200 000 personnes en France. Conséquences d’une réponse immunitaire inadaptée contre les bactéries normales qui forment le microbiote intestinal, elles se caractérisent par d’importantes lésions, voire de fistules, au niveau du côlon et du rectum (rectocolite hémorragique ou colite ulcéreuse) ou de l’ensemble du tube digestif (maladie de Crohn), occasionnant des douleurs abdominales, une grande fatigue et des saignements.

Selon une nouvelle et vaste étude publiée dans la revue Gut, les personnes souffrant d’une MICI voient doubler leur risque de développer une démence, en particulier la maladie d’Alzheimer. En cause: la communication entre les bactéries résidant dans l’intestin et le système nerveux central.

Six fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont appuyés sur les données de 1 742 personnes âgées de 45 ans et plus chez qui on avait diagnostiqué rectocolite hémorragique ou une maladie de Crohn entre 1998 et 2011, et qui étaient inscrites au programme national d'Assurance maladie de Taïwan.

Pendant 16 ans, et après le diagnostic de leur MICI, la santé cognitive des participants a été suivie. Elle a ensuite été comparée à celle de 17 420 personnes qui ont été appariées en fonction du sexe, de l'âge, de l'accès aux soins, des revenus et des conditions sous-jacentes, mais qui n'avaient pas de MICI.

Au cours de la période de suivi, il s’est avéré qu’une plus grande proportion des personnes atteintes de MICI a développé une démence (5,5 %), y compris la maladie d'Alzheimer, que celles qui n'en sont pas atteintes (1,5 %). Par ailleurs, les résultats montrent que mes personnes touchées par une MICI ont été diagnostiquées avec une démence en moyenne 7 ans plus tôt (à 76 ans) que celles qui n’étaient pas touchées (à 83 ans). De manière générale, les personnes atteintes de MICI étaient deux fois plus susceptibles de développer une démence que celles qui n'en souffraient pas.

De toutes les démences, c’est celui de développer la maladie d’Alzheimer qui était la plus élevée : les personnes atteintes d'une MICI avaient six fois plus de chances de développer cette maladie que les personnes sans MICI. Selon les chercheurs, ce sont l’inflammation chronique et un déséquilibre des bactéries intestinales qui sont des facteurs potentiels de ce déclin cognitif.

Les auteurs de l’étude précisent qu’il s’agit d’une étude d’observation et, en tant que telle, elle ne peut établir de cause à effet. Ils concluent toutefois: “L'identification d'un risque accru de démence et d'une apparition précoce chez les patients atteints de MICI suggère qu'ils pourraient bénéficier d'une éducation et d'une vigilance clinique accrue” pour ralentir le déclin cognitif et améliorer la qualité de vie.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité