• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Le meilleur ami de l'Homme

C'est prouvé, les chiens secourront leur maître en danger s'ils le peuvent

Une série d'expériences réalisées par des chercheurs américains ont montré que, si leur maître est en détresse, la plupart des chiens iront le sauver. A condition d'en avoir la capacité. 

C'est prouvé, les chiens secourront leur maître en danger s'ils le peuvent ChristinLola/iStock

  • Publié le 23.06.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Lors d'une expérience où des humains étaient enfermés dans une boîte et ont appelé leur chien pour qu'il viennent les secourir, un tiers y est arrivé.
  • D'après les chercheurs, les bêtes qui n'ont pas sauvé leur maître ne l'ont pas fait car elles ne savaient pas comment.
  • Ils prévoient donc désormais d’étudier plus en détail la volonté des chiens de tenter un sauvetage quand ils ne sont pas récompensés par la proximité physique de leur maître.

Voilà qui fera plaisir aux amoureux des chiens. Si chacun sait qu’avoir un chien présente de nombreux avantages au niveau de la santé, le meilleur ami de l’Homme est bien sûr surtout réputé pour sa loyauté et sa fidélité envers son maître. Aujourd’hui, une nouvelle étude parue dans la revue Plos One vient prouver scientifiquement cette croyance populaire. D’après les chercheurs de l’université de l’Etat de l’Arizona (ASU, Etats-Unis), si leur maître est en détresse, la plupart des chiens iront le sauver. A condition qu'ils le puissent. 

L’étude avait deux objectifs principaux: déterminer si les chiens veulent ou non sauver leurs propriétaires et, si oui, comprendre leurs “raisons”. “Le défi difficile est de comprendre pourquoi ils le font”, explique le co-auteur Joshua Van Bourg, étudiant diplômé du département de psychologie de l'ASU.

Pour leurs expériences, les scientifiques ont suivi 60 chiens et leurs propriétaires. Lors du test de détresse, les sujets se trouvaient dans une boîte munie d’une porte suffisamment légère pour qu’un chien puisse la pousser de côté pour les libérer. Les propriétaires ont alors appelé à l’aide (ils avaient été entraînés au préalable pour que leur cri ait l’air authentique), sans crier le nom du chien afin d’exclure l’obéissance comme facteur de réponse de la part de ce dernier. Résultat : alors qu’aucun d’eux n’avait suivi de formation de sauvetage, environ un tiers des chiens a sauvé son maître en détresse. Cela “ne semble pas très impressionnant en soi, mais l'est vraiment quand on y regarde de plus près”, assure Joshua Van Bourg. 

“La plupart des chiens veulent vous sauver, mais ils doivent savoir comment”

Selon lui, “la clé ici est que, sans tenir compte de la compréhension de chaque chien sur la façon d'ouvrir la boîte, la proportion de chiens qui ont sauvé leur propriétaire sous-estime grandement la proportion de chiens qui ont voulu sauver leur propriétaire”. Ils ont ensuite réalisé une expérience de contrôle où les chiens devaient ouvrir la même boîte contenant de la nourriture. “Le fait que deux tiers des chiens n'ont même pas ouvert la boîte pour se nourrir est une indication assez forte que le sauvetage nécessite plus que de la motivation — il y a autre chose en jeu, et c'est l'élément de capacité”, poursuit-il. Parmi les chiens qui ont réussi à ouvrir la boîte pendant l'expérience de contrôle, 84% ont sauvé leurs propriétaires. Ainsi, “la plupart des chiens veulent vous sauver, mais ils doivent savoir comment”, suggère Van Bourg.

Les résultats des tests de contrôle indiquent que les chiens qui ne parviennent pas à sauver leur peuple sont incapables de comprendre ce qu'il faut faire — ce n'est pas qu'ils ne se soucient pas des gens”, renchérit Clive Wynne, collaborateur scientifique canin de l’ASU. 

Enfin, les propriétaires se sont assis dans la boîte en lisant. Alors qu’ils se relaxaient, 16 chiens sur 60 ont ouvert la boîte pour les rejoindre. Aussi les chiens sont plus motivés quand ils sentent leur maître en détresse. “La plupart du temps, il ne s'agit pas nécessairement de sauvetage. Mais cela n'enlève rien au fait que les chiens sont vraiment spéciaux. La plupart des chiens se précipiteraient dans un bâtiment en feu simplement parce qu'ils ne supportent pas d'être séparés de leurs maîtres. Comme c'est mignon ! Et s'ils savent que vous êtes en détresse, eh bien, ça fait monter les enchères”, poursuit Van Bourg.

“Pendant le test de détresse, les chiens étaient beaucoup plus stressés”

Ce qui est fascinant dans cette étude, c'est qu'elle montre que les chiens se soucient vraiment de leur maître”. “Même sans entraînement, de nombreux chiens tentent de sauver des personnes qui semblent en détresse — et lorsqu'ils échouent, on peut toujours voir à quel point ils sont bouleversés”, s’enthousiasme quant à lui Clive Wynne.

En effet, au cours des tests, les chiens ont exprimé leur stress en aboyant ou en gémissant. "Pendant le test de détresse, les chiens étaient beaucoup plus stressés, explique Van Bourg. Lorsque leur maître était en détresse, ils aboyaient plus et ils pleuraient plus. En fait, huit chiens ont pleurniché, et ils l'ont fait pendant le test de détresse.” 

Pour l’heure, les chercheurs ignorent encore s’il s’agit d’une forme de contagion émotionnelle ou d’une véritable inquiétude. Ils prévoient donc désormais d’étudier plus en détail la volonté des chiens de tenter un sauvetage quand ils ne sont pas récompensés par la proximité physique de leur maître. 

Les chiens dans la recherche médicale 

Les chiens sont un sujet de recherche constant pour les scientifiques. Récemment, des scientifiques anglais ont eu l’idée de dresser des chiens pour détecter les personnes atteintes de la Covid-19. Il s'agit de la même équipe qui avait prouvé que des chiens bien entraînés pourraient détecter avec une très grande précision les odeurs provenant de personnes atteintes de malaria.

En France, des chercheurs de l’Institut Curie travaillent à dresser des chiens pour détecter le cancer du sein. Ils avaient présenté les premiers résultats prometteurs de leur étude à l’occasion d’Octobre rose, il y a quelques mois. D’après eux, des chiens spécialement entraînés pourraient reconnaître l'odeur de la tumeur dans la sueur des femmes malades. 

Enfin, des études ont déjà démontré qu’avoir un chien réduirait l’anxiété et diminuerait le risque d’AVC et de crises cardiaques, notamment car cela pousse les personnes à faire de l’exercice physique. Il semblerait en outre que les enfants ayant grandi avec un toutou aient moins de risque de développer des troubles schizophrènes plus tard.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité