Publicité

QUESTION D'ACTU

Première mondiale

Mémoire : de faux souvenirs implantés à des souris

Créer de faux souvenirs ancrés dans la mémoire de souris, c’est la prouesse à laquelle sont parvenus des spécialistes américains de neurosciences. 

Mémoire : de faux souvenirs implantés à des souris LOVETTE/REYNOLDS/NIKITIN/SIPA

  • Publié 30.07.2013 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Jusqu’ici lorsqu’on évoquait la possibilité d’implanter des souvenirs ou au contraire d’en effacer, il ne s’agissait que de Leonardo DiCaprio dans Inception ou de Jim Carrey dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de 7e art mais bien d’une véritable publication de neurosciences en une du dernier numéro du magazine américain Science. Pour la première fois, une équipe du Massachusetts Institute of Technology est parvenue en laboratoire à créer de faux souvenirs dans le cerveau de souris.    


Les chercheurs ont d’abord placé les rongeurs dans une première boîte, aux lumières et aux odeurs agréables. Puis les souris ont été déplacées dans une 2e boîte représentant un environnement hostile puisqu’elles recevaient de petites décharges électriques dans les pattes. Au même moment, des impulsions lumineuses permettaient aux chercheurs de réactiver les cellules du cerveau (dans l’hippocampe) qui avaient gardé en mémoire le séjour agréable dans la 1e boîte. Quand les souris ont été replacées dans la première boite où rien de néfaste ne s'était réellement passé, les chercheurs ont constaté qu’elles étaient effrayées. En fait de faux souvenirs désagréables de la 1e boîte avaient été implantés dans leur mémoire. Et le rappel de ce faux souvenir s’est révélé capable d’activer les mêmes centres de la peur dans le cerveau avec la même intensité que lorsque la souris est placée dans la boîte où elle a effectivement reçu des chocs électriques aux pattes.


Il s’agit d’une avancée majeure dans la compréhension des mécanismes de fabrication et de stockage des souvenirs qui restent encore très mal compris par les chercheurs en neurosciences. L’idée de souvenirs indéfiniment gravés et figés dans la mémoire est ainsi totalement contredite. La prochaine étape pour ces chercheurs est désormais de se concentrer sur les mécanismes permettant d’effacer les mauvais souvenirs chez l’animal. Cette avancée biologique ouvre donc autant de perspectives prometteuses pour soigner par exemple les troubles post-traumatiques que d’épineuses questions éthiques. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité