• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Droit des femmes

Déconfinement : hausse de 120% des appels au Planning familial pour des IVG en délai dépassé

Le confinement a fragilisé l'accès à l'IVG pour de nombreuses femmes en France, et le numéro vert du Planning familial a enregistré une hausse des appels pour des demandes d'IVG en délai dépassé à la fin de cette période. 

Déconfinement : hausse de 120% des appels au Planning familial pour des IVG en délai dépassé diego_cervo/iStock

  • Publié le 18.06.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'accès à l'IVG a été fragilisé pendant le confinement et de nombreuses femmes sont restées désemparées
  • Les centres d'IVG ont observé une baisse importante de fréquentation
  • Lors du déconfinement, le numéro vert du Planning familial a enregistré une hausse des appels pour un IVG en délai dépassé

L'accès à l'IVG a été considérablement fragilisé pendant le confinement, laissant de nombreuses femmes désemparées, livrées à elles-mêmes, contraintes dans certains cas d'aller avorter à l'étranger ou les délais sont plus longs qu'en France. 

Les délais de l'IVG

Sarah Durocher, coprésidente du Planning familial, fait part à 20 Minutes des conséquences du confinement sur l'accès à l'IVG. Elle évoque une baisse de fréquentation importantes dans les centres d'IVG : “Les femmes ne sont pas allées avorter, par peur de contracter le coronavirus, par peur d’être contrôlées durant leur déplacement et de devoir se justifier, par peur d’être jugées, culpabilisées.”

Pendant le confinement, le délai de l’IVG médicamenteuse est passé de 7 à 9 semaines d’aménorrhée, mais la demande d'allongement temporairement du délai de l’IVG chirurgicale à 14 semaines (au lieu de 12 actuellement) a été rejetée par le Sénat.

Or, cette crise inédite s’est ajoutée aux difficultés déjà existantes concernant l’accès à l’IVG : il n’y a pas assez de professionnels la pratiquant aujourd’hui en France, certains territoires sont peu équipés, et obtenir un rendez-vous pour avorter peut parfois prendre deux à trois semaines. Et certains médecins refusent de la pratiquer.”

Hausse des demandes d’IVG en délai dépassé

Sarah Durocher explique que le numéro vert du Planning familial (0800 08 11 11*) a enregistré une hausse de 120% des appels pour des demandes d’IVG en délai dépassé lors du déconfinement, soit le double que d'ordinaire. “De nombreuses femmes n’ont pas pu avorter plus tôt parce que plongées dans une trop grande précarité à cause du confinement, ou coincées à la maison en télétravail tout en gardant leurs enfants”, décrit-elle.

Celles en ayant les moyens ont pu se rendre au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas où le délai légal est de 24 semaines de grossesse, mais toutes n'ont pas pu se le permettre “au risque de subir une grossesse non désirée, de tenter d’avorter seules au péril de leur vie, voire d’attenter à leur vie. C’est inacceptable. Certaines sont précaires, mineures, victimes de violences conjugales, de viol, on ne peut pas les abandonner à leur détresse.”

Comme depuis plusieurs années, le Planning familial, plaide “pour un allongement du délai légal d’avortement à 22 semaines de grossesse, sur le modèle de pays européens plus progressistes que nous.”

L'IVG en France

En temps normal, entre 215 000 et 230 000 IVG sont pratiquées chaque année en France. Selon un rapport de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), 234 300 IVG ont été pratiquées en 2018. Cette année, il était “supérieur de 3% à celui de 2017 et le taux de recours s’élève à 15,4 IVG pour 1 000 femmes résidentes en France entière, contre 14,8 l’année précédente”.

*Numéro vert “sexualités, contraception, IVG”, ouvert du lundi au samedi de 9 h à 20 h en métropole et aux Antilles du lundi au vendredi de 9 h à 17 h.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !
Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité