• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Pour bloquer le coronavirus, les masques en tissu nécessitent 3 couches spécifiques

Pour être efficace et empêcher la transmission de la Covid-19, les masques nécessiteraient au moins 3 couches de tissus selon les nouvelles directives de l’OMS. Parallèlement, une étude anglaise estime que le port généralisé du masque pourrait empêcher une deuxième vague de coronavirus.

Pour bloquer le coronavirus, les masques en tissu nécessitent 3 couches spécifiques Jun/iStock

  • Publié le 11.06.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Il faut trois couches de masques en tissu pour qu'ils soient pleinement efficaces : une couche intérieure qui absorbe, une couche intermédiaire qui agit comme un filtre et une dernière couche extérieure faite d’un matériau non absorbant.
  • Le port masque ne peut à lui seul endiguer la propagation du virus et d’autres gestes barrières doivent être respectés.
  • Une étude britannique estime que l'utilisation systématique d'un masque par 50% ou plus de la population a réduit la propagation du coronavirus.

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, le port du masque est essentiel, surtout dans des environnements où la distance physique est difficile à maintenir. Afin d’être pleinement efficaces, les masques ne doivent pas être portés n’importe comment. Dans une directive basée sur de nouvelles recherches, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que les masques en tissus, fabriqués à la maison ou achetés en magasin, doivent avoir trois couches : une couche intérieure qui absorbe, une couche intermédiaire qui agit comme un filtre et une dernière couche extérieure faite d’un matériau non absorbant, comme le polyester. Ces couches, placées dans cet ordre, peuvent “fournir une barrière mécanique”, a avancé l’épidémiologiste Maria D. Van Kerkhove, responsable technique de l’OMS sur le coronavirus, lors d’une conférence de presse à Genève vendredi dernier.

Les masques seuls, pas suffisant pour endiguer le virus

Outre ces couches, il convient de manier ces masques avec précaution. Ces derniers doivent “être nettoyés et portés correctement, car les mains contaminées peuvent infecter une personne qui ajuste son masque ou qui l’enlève fréquemment”, a recommandé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Pour les personnes qui travaillent en milieu clinique, l’OMS conseille vivement le port de masques médicaux, qu’ils travaillent avec des personnes atteintes du Covid-19 ou non. “Cela signifie par exemple que lorsqu’un médecin se promène dans les unités de cardiologie ou de soins palliatifs, où il n’y a pas de patients confirmés Covid-19, il doit toujours porter un masque médical”, a ajouté Tedros. Le port de ces mêmes masques est également encouragé pour “les personnes de plus de 60 ans et souffrant d’affections sous-jacentes” dans les lieux où la distanciation physique est difficile à maintenir, comme les transports en commun ou certains magasins.

Le port du masque ne peut à lui seul endiguer la propagation du virus et d’autres gestes barrière doivent être respectés. “Je ne peux pas le dire assez clairement : les masques seuls ne vous protégeront pas de la Covid-19, a appuyé Tedros Adhanom Ghebreyesus. Les masques ne remplacent pas la distanciation physique, l’hygiène des mains et d’autres mesures de santé publique. Les masques ne sont utiles que dans le cadre d’une approche globale de la lutte contre la Covid-19. La pierre angulaire de la réponse dans chaque pays doit être de trouver, isoler, tester et prendre soin de chaque cas, et de suivre et de mettre en quarantaine chaque contact. Voilà ce qui est efficace.” Pour les personnes contaminées par la Covid-19 ou qui présentent des symptômes d’infection, la consigne est toujours de rester à son domicile. “Et s’il est absolument nécessaire qu’une personne malade ou un contact d’une personne malade quitte la maison, elle doit porter un masque médical”, a ajouté le directeur général de l’OMS.

Porter un masque en public, deux fois plus efficaces que le porter après l’apparition des symptômes

Une étude britannique, menée par des scientifiques des universités de Cambridge et de Greenwich, suggère que le port généralisé du masque pourrait empêcher une deuxième vague de coronavirus. Les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society A. “Nos analyses soutiennent l'adoption immédiate et universelle du masque par le public”, résume Richard Stutt, qui a codirigé l'étude à Cambridge. L’étude qui reprend les annonces de l’OMS puisque les chercheurs ajoutent que le port du masque seul ne peut tout résoudre et doit être combiné avec des mesures de distanciation sociale et de confinement, en attendant le développement d'un vaccin efficace contre la Covid-19.

Les chercheurs ont évalué différents scénarios de ports de masques combinés avec des périodes de confinement. L'étude a montré que porter un masque en public est deux fois plus efficace pour réduire la transmission que le fait d'en porter un après l'apparition des symptômes de la maladie. Dans tous les scénarios examinés, l'utilisation systématique d'un masque par 50% ou plus de la population a réduit la propagation du coronavirus.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité