• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pollen

Le coléoptère pour soulager les allergies saisonnières

Alors que la saison des allergies a débuté, le coléoptère apparaît comme un espoir pour contrôler une mauvaise herbe envahissante et hautement allergène à l'origine de la souffrance de nombreuses personnes

Le coléoptère pour soulager les allergies saisonnières ruiruito/iStock

  • Publié le 22.04.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Plus de 13,5 millions d'Européens souffrent d'allergie à l'ambroisie
  • Une étude suggère d'utiliser un coléoptère friand de cette plante envahissante
  • L'insecte limiterait le développement de cette plante sans nuire à d'autres espèces végétales

Un espoir naît pour les millions de personnes affectées par les allergies saisonnières. Au total, ce sont environ 13,5 millions d’Européens qui souffrent de symptômes allergiques causés par l’herbe à poux hautement allergène, l'Ambrosia artemisiifolia ou ambroisie, entraînant 7,4 milliards d'euros de coûts de santé par an, selon la recherche. Une nouvelle étude suggère que le coléoptère des feuilles, Ophraella communa, pourrait réduire le nombre de personnes affectées par le pollen car celui-ci aime grignoter la plante envahissante. Les conclusions ont été publiées dans la revue Nature Communications.

Plus de 2 millions de personnes pourraient être directement soulagées

Grâce aux données du programme européen de surveillance du pollen, des chercheurs sont parvenus à cartographier le pollen de l’herbe Ambrosia artemisiifolia. Ils ont ensuite déterminé les taux de sensibilité à cette herbe dans la population européenne pour estimer le nombre de personnes allergiques et ainsi arriver au chiffre de 13,5 millions de concernés par ces allergies. “Évaluer les effets du pollen sur la santé humaine est une tâche difficile. Elle nécessite la collaboration de scientifiques de différentes disciplines, notamment l'écologie des plantes et des insectes, l'aérobiologie, la médecine et l'économie”, expose Sandro Steinbach, qui a participé à l’étude.

Les chercheurs ont ensuite tenté d’estimer l’effet que pourrait avoir les coléoptères sur l’herbe à poux afin de réduire les allergies. Les résultats ont montré que cela pourrait réduire le nombre de personnes souffrant de l’allergie à environ 11,2 millions et ramener les coûts de santé à 6,4 milliards d'euros par an. “Nos estimations prudentes indiquent que le contrôle biologique de l’herbe à poux par les coléoptères réduira le nombre de patients d'environ 2,3 millions et les coûts de santé de 1,1 milliard d'euros par an, détaille le chercheur. Les coûts futurs de cette approche de gestion seront pratiquement nuls puisque le scarabée s'est établi de façon permanente et se propage de lui-même.”

Des études plus approfondies sont nécessaires

Les chercheurs précisent que le coléoptère n’a pas de conséquence néfaste sur l’environnement. “Nous ne savions pas au début si le scarabée était utile ou nocif, reconnaît Sandro Steinbach. Des tests en laboratoire ont montré qu’il pouvait être nuisible aux tournesols. Cependant, des tests sur le terrain en Chine et en Europe n'ont pas pu confirmer cette conclusion.”

Les chercheurs soulignent également la nécessité de poursuivre les recherches concernant les effets de l’insecte sur la santé humaine. “Parce que ce coléoptère a été introduit accidentellement en Europe et n'a pas fait l'objet d'une évaluation approfondie des risques des disséminations volontaires d'agents de lutte biologique, nous avons commencé à rechercher si ce coléoptère pouvait endommager les espèces végétales européennes indigènes, ajoute le chercheur. L'évaluation des risques est toujours en cours, mais jusqu'à présent, nous n'avons trouvé aucune preuve de dommages importants causés par ce dendroctone des feuilles sur des plantes indigènes d'Europe”, conclut le chercheur.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité