• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie de Covid-19

Un médicament pourrait bloquer le SARS-CoV-2 avant qu'il n'infecte les cellules

Une étude fournit de nouvelles informations sur la manière dont le SARS-CoV-2 infecte les cellules du corps. Ces travaux pourraient contribuer au développement d'un médicament à destination des patients atteints de Covid-19.

Un médicament pourrait bloquer le SARS-CoV-2 avant qu'il n'infecte les cellules Maksim Tkachenko/iStock

  • Publié le 06.04.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le processus par lequel SARS-CoV-2 infecte les cellules est le même que celui du coronavirus responsable de l'épidémie de 2002-2003
  • Un médicament à l'étude pourrait bloquer le virus avant cette infection des cellules

Alors que l'épidémie de Covid-19 continue à se propager à travers le monde, des chercheurs issus de l'institut Karolinska, à Stockholm (Suède) et de l'université de la Colombie-Britannique, à Vancouver (Canada), pourraient avoir trouvé un médicament permettant d'empêcher l'infection, lors des premiers stades de développement de la maladie. Leurs résultats ont été présentés dans la revue scientifique Cell.

Pour mener à bien leurs travaux, les scientifiques ont utilisé des échantillons de tissus provenant d'un patient atteint du Covid-19. Objectif : isoler et cultiver SARS-CoV-2, le virus à l'origine de la maladie. Ainsi, ils ont pu montrer comment la pointe de la protéine présente dans le virus se liait au récepteur cellulaire ACE2 (enzyme de conversion de l'angiotensine 2) pour entrer dans les cellules humaines. Il s'agit du même mécanisme utilisé par le premier virus SARS, à l'origine d'une importante épidémie en 2002-2003.

Une copie d'enzyme pour leurrer le virus et l'empêcher d'infecter les cellules

En ajoutant une variante génétiquement modifiée de la protéine ACE2, appelée hrsACE2 (pour “human recombinant soluble ACE2”), les scientifiques ont cherché à voir si le virus pouvait être arrêté avant qu'il n'infecte les cellules. Résultat : hrsACE2 réduit l'accroissement viral de SARS-CoV-2 par un facteur allant de 1 000 à 5 000. Un nombre qui varie en fonction de la quantité totale du virus par rapport à celle de hrsACE2.

“Nous pensons qu'ajouter cette copie d'enzyme, hrsACE2, attire le virus pour qu'il se fixe lui-même à la copie au lieu des cellules réelles, explique Ali Mirazimi, professeur adjoint au département médecine de laboratoire de l'institut Karolinska, dans un article publié sur le site de l'établissement. Cela distrait le virus de son objectif d'infecter les cellules au même degré et devrait mener à une réduction de l'accroissement du virus dans les poumons et les autres organes.”

Un essai clinique initié 

Bien que l'étude ait été limitée aux cultures cellulaires et à la reproduction miniature d'organes, un essai clinique de phase II a été initié. En effet, à partir des résultats des chercheurs, un médicament nommé APN01, est actuellement développé par l'entreprise Apeiron Biologics, à Vienne. Il vient de recevoir les autorisations règlementaires pour le traitement de 200 patients atteints du Covid-19 en Autriche, en Allemagne et au Danemark.

Pour l'heure, seuls les premiers stades de l'infection ont été étudiés 

“Le virus à l'origine du Covid-19 est un proche parent du premier SARS, estime Josef Penninger, professeur à la faculté de médecine de l'université de la Colombie-Britannique. Nos précédents travaux ont aidé à identifier rapidement les récepteurs ACE2 comme point d'entrée du SARS-CoV-2, ce qui explique beaucoup de choses au sujet de la maladie. Nous savons désormais qu'une forme soluble d'ACE2 pourrait effectivement être un traitement très rationnel qui vise particulièrement la porte que le virus doit prendre pour nous infecter.” 

Un bémol cependant : l'étude actuelle a seulement examiné l'effet du médicament pendant les premiers stades de l'infection. D'après les scientifiques, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer s'il est également efficace pendant les stades avancés du développement de la maladie.

Le virus pourrait directement infecter les vaisseaux sanguins et les reins

Si la protéine ACE2 aide habituellement les poumons et les autres organes à maintenir leur fonctionnement normal, elle pourrait endommager les cellules lorsqu'un virus se lie à elle. Selon les chercheurs, cela expliquerait pourquoi certains patients atteints de Covid-19 souffrent de graves maladies pulmonaires et de la défaillance de plusieurs organes. De même, l'équipe a pu montrer que le virus pouvait directement infecter les vaisseaux sanguins et les reins, et s'y multiplier lui-même.

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité