• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Incurable

Cancer du cerveau pédiatrique : on sait pourquoi on n'arrive pas à trouver de traitement

Le cancer du cerveau chez les enfants reste incurable, en partie à cause de l'endroit et de la façon dont il se développe.

Cancer du cerveau pédiatrique : on sait pourquoi on n'arrive pas à trouver de traitement KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié le 30.03.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le gliome pontique intrinsèque diffus (DIPG), ou cancer du cerveau pédiatrique, est une maladie foudroyante et fatale. Pour l’heure, il n’existe pas de traitement efficace. Cela est en partie dû à l'endroit et à la façon dont il pousse, formant un réseau diffus de cellules dans une partie du tronc cérébral appelée les pons, qui contrôle les fonctions essentielles comme la respiration et la déglutition.

Des résultats encourageants

La chimiothérapie a été si infructueuse contre ce cancer que les chercheurs se sont demandé si les médicaments de chimiothérapie pouvaient atteindre le cancer. Il y a des raisons de croire qu'ils ne le pourraient pas. De nombreux médicaments sont incapables de traverser la barrière hémato-encéphalique qui encapsule le cerveau et le système nerveux central, et les pons sont particulièrement difficiles à atteindre. Une étude menée par des chercheurs de l’université de Colorado (Etats-Unis) s’est penchée sur la question et les résultats ont été publiés dans la revue Neuro-Oncology Advances. Les résultats de cette étude ont montré que la raison pour laquelle la chimiothérapie a été inefficace est probablement liée au fait que nous n'avons pas encore trouvé la bonne chimiothérapie. “Les résultats ont été surprenants et encourageants, estime Adam Green, auteur de l’étude. L'essentiel, c'est qu'il semble que le médicament atteigne le tissu DIPG en bonne quantité qui a le potentiel d'être efficace contre la tumeur.”

Pour cette étude, les chercheurs ont donné une dose du médicament de chimiothérapie gemcitabine à des patients atteints de DIPG nouvellement diagnostiqués, puis mesuré la quantité de cette chimiothérapie présente dans le tissu tumoral lors de leur biopsie effectuée immédiatement après. Le groupe a également réalisé des études parallèles dans des modèles murins de DIPG humains. Les résultats chez l'homme et la souris étaient similaires, indépendamment de l'endroit exact où la tumeur s'est développée dans le cerveau et se sont maintenus dans quelques sous-types de tumeurs connus.

La même trajectoire que le traitement de la leucémie pédiatrique

Ces résultats donnent beaucoup d’espoirs aux chercheurs. “C'est encourageant, estime Adam Green. Cela montre que la chimiothérapie systémique pourrait faire partie de la réponse dans le traitement de ces tumeurs. Nous devons simplement appliquer tout ce que nous apprenons sur la biologie des tumeurs pour trouver les bons médicaments. Cela nous donne beaucoup d'espoir que si nous trouvons les bons médicaments, nous serons en mesure de traiter efficacement cette tumeur.”

Les chercheurs font le parallèle entre l’état actuel de la recherche sur le DIPG et le traitement de la leucémie pédiatrique dans les années 1950 ou du neuroblastome pédiatrique dans les années 1990, qui étaient tous deux incurables à l’époque mais pour lesquels de nouveaux traitements ont considérablement amélioré les résultats. “Ces maladies nécessitaient des approches de traitement combinées, et c'est ce que nous visons”, conclut Adam Green.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité